Aufait Maroc

Un rapport de l’OMS montre le lien entre pauvreté et mauvaise santé en milieu urbain

Dernière mise à jour le 17/11/2010 à 20:23

Un nouveau rapport, publié mercredi à Genève, par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Programme des Nations-Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat) montre, pour la première fois, en quoi la mauvaise santé est liée à la pauvreté en milieu urbain, et pas uniquement parmi les populations les plus démunies.

Intitulé « La face cachée des villes: mettre au jour et vaincre les inégalités en santé en milieu urbain », le rapport invite les décideurs à prendre des mesures en vue de s’attaquer aux inégalités en matière de santé, soutenant qu’il appartient aux responsables des grandes villes et aux planificateurs d’identifier les populations défavorisées et de cibler les mesures visant à améliorer leur santé.

Le rapport est fondé sur une analyse nouvelle qui va au-delà des simples moyennes ou des informations habituelles concernant les villes et identifie les zones où la population est en mauvaise santé et connaît des difficultés d’ordre social, qui ne sont pas d’ordinaire connues.

Les efforts déployés par le passé se concentraient surtout sur les moyennes et les différences entre les villes.

La nouvelle approche associe les données démographiques disponibles à une analyse novatrice et perce la réalité des villes, au-delà des simples moyennes, relève le rapport en soulignant que « ces observations permettent aux responsables et décideurs d’examiner les tendances, même au sein d’un même quartier, et de comprendre les différences à l’intérieur d’une même ville et d’une ville à l’autre ».

L’étude révèle les inégalités en examinant les sous-groupes de citadins, selon leur statut socioéconomique, leur quartier ou d’autres caractéristiques de la population.

« Bien trop souvent, les décideurs et planificateurs ne comprennent pas qu’avec l’urbanisation de la pauvreté, bon nombre d’habitants des quartiers pauvres sont encore plus pénalisés: le taux de mortalité infantile est plus élevé chez ces populations que chez leurs voisins plus prospères, elles meurent plus jeunes et elles sont davantage touchées par la maladie », a affirmé Joan Clos, Directeur exécutif d’ONU-Habitat.

« Pour une meilleure compréhension des causes de la mauvaise santé, le rapport met l’accent sur plusieurs facteurs, dont la dynamique des populations, la gestion des villes, l’environnement naturel et l’environnement bâti, l’environnement social et économique et la gestion de l’accès aux services et des urgences sanitaires », a-t-il soutenu.

Le rapport souligne que, si les pays ne prennent pas des mesures urgentes pour tenter de remédier aux inégalités en santé en milieu urbain, ils ne réaliseront pas les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) liés à la santé.

Les villes représentent toutefois un élément crucial de l’équation, puisque la moitié de la population mondiale habite désormais en ville. La réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement dépendra dans une large mesure des actions accomplies parmi les populations urbaines.

A lire aussi...

Annonces immobilières

Louez, achetez et vendez grâce à la plus large offre immobilière au Maroc.

Retrouvez-nous sur Facebook

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l'essentiel de l'actualité nationale et mondiale.

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

×