Aufait Maroc

Allemagne : Ballack ou le chant du cygne blessé

Allemagne: Ballack ou le chant du cygne blessé
Dernière mise à jour le 11/03/2011 à 15:23

Michael Ballack, gloire de l’Allemagne footbalistique pendant une décennie, voit son avenir avec son club de Leverkusen de plus en plus compromis. En sélection nationale sa carrière semble déjà terminée. Le chant d’un cygne chroniquement blessé?

Et si le compteur de l’ancien capitaine de la Mannschaft, vice-champion du monde et d’Europe, restait définitivement bloqué à 98 sélections nationales?

Le quotidien Bild affirme que Joachim Löw ne compte pas l’appeler lors des deux prochaines rencontres de l’Allemagne face au Kazakhstan (26 mars), puis face à l’Australie (29 mars).

Pis, la Fédération allemande de football (DFB) a déjà prévu un match d’adieux pour le milieu de terrain de 34 ans, le 10 août face au Brésil, à en croire un journal qui fait souvent la pluie et le beau temps dans le monde du ballon allemand. Tout un symbole! Suspendu, Ballack avait manqué la finale de la Coupe du monde 2002 face à la Seleçao…

En outre, le journal aux 12 millions de lecteurs a récemment jugé que l’enfant de la RDA n’avait plus sa place en sélection nationale. Dur, dur pour un sportif qui, s’il n’a jamais eu le charisme d’une diva germanique à la Oliver Kahn, fut longtemps le seul représentant allemand digne de ce nom au niveau international.

Joachim Löw, peu connu pour ménager ses poulains, doit le rencontrer à la mi-mars « pour discuter et voir comment on peut envisager l’avenir », selon ses propos.

« Indépendamment du fait que Michael arrête après sa 99e ou sa 125e sélection, ce sera toujours un grand joueur », a estimé le patron de la DFB, Theo Zwanziger, avant d’ajouter: « Bien-sûr que je souhaite que Michael revienne mais seul l’entraîneur décide ».

Pour beaucoup d’experts, la messe est dite.

L’ancien de Chelsea (2006-2010) et du Bayern Munich (2002-2006) notamment n’a plus été retenu en équipe nationale depuis mars 2010. Et Philipp Lahm lui a définitivement chipé son brassard de capitaine.

Michael Ballack ne cesse d’enchaîner les pépins physiques. Déjà indisponible de mai à août 2010 à cause d’une blessure à la cheville droite qui l’a privé du Mondial-2010, le joueur s’était blessé au tibia gauche en septembre. Il a repris la compétition en janvier avec Leverkusen avant d’être de nouveau indisponible en février pour cause de contracture musculaire au genou gauche.

Outre ces gros soucis, le joueur doit également gérer un conflit au sein du club avec son entraîneur Jupp Heynckes. Pour Ballack, rétabli, jouer semble aller de soi alors que Heynckes ne l’entend pas forcément de cette oreille et met en avant d’autres joueurs, plus jeunes, plus « frais », tels que Simon Rolfes et Arturo Vidal. Résultat: le fier milieu de terrain a dû passer les 90 minutes sur le banc face à Francfort à la mi-février (0-3).

En ne l’inscrivant pas sur la feuille de match du 8e de finale de l’Europa League jeudi face à Villarreal, Jupp Heynckes a martelé que sa forme physique ne le permettait pas. « Il y a en Bundesliga de nombreux exemples de joueurs qui ont eu besoin d’autant de temps pour revenir après une longue blessure », a justifié l’entraîneur. « Malheureusement l’entourage du joueur et les médias l’oublient trop vite », a-t-il déploré.

A lire aussi...