Aufait Maroc

Le président sénégalais appelle les rebelles de Casamance à déposer les armes

Le président sénégalais appelle les rebelles de Casamance à déposer les armes
Dernière mise à jour le 04/04/2011 à 13:01

Le président sénégalais, Me Abdoulayé Wade, a lancé, lundi, un appel aux rebelles du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC), mouvement séparatiste armé dans le sud du Sénégal, pour déposer les armes et « rejoindre les chemins de la paix, de l’unité et de la concorde nationales ».

« Je voudrai une fois de plus, redire ma ferme volonté de poursuivre sans relâche les efforts en cours pour le règlement pacifique et durable de la crise en Casamance », a-t-il déclaré dans un discours à l’occasion du 51ème anniversaire de la fête de l’indépendance du Sénégal, fêté le 4 avril.

Le chef de l’Etat a promis « des dispositions nécessaires pour garantir la sécurité et faciliter la réinsertion économique et social » à tous ceux qui acceptent de déposer les armes et s’engager sur la voie de la paix.

« L’Etat continuera d’opposer avec vigueur ses prérogatives régaliennes de défense de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale parce que, sur ces principes, il n’y a pas de concession possible à faire », a-t-il tenu toutefois à préciser.

Depuis novembre 2010, l’armée sénégalaise a perdu une vingtaine d’éléments dans un regain de violence dans la région de Casamance. Les rebelles du MFDC s’y activent notamment par les braquages sur les routes et le harcèlement des cantonnements militaires à travers des attaques sporadiques.

La région de Casamance est secouée par une rébellion armée depuis décembre 1982.

La région a connu plusieurs années de calme à la faveur d’un accord de paix conclu en 2004 entre le MFDC et le Gouvernement. Vers fin 2010, des groupuscules du MFDC, divisé en plusieurs factions, ont décidé de reprendre les armes. Les attaques perpétrées par les séparatistes ont gagné en intensité ces derniers mois et l’armée réplique souvent par des opérations de ratissage contre les maquis des rebelles.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

×