Aufait Maroc

Génocide rwandais : un ancien chef milicien arrêté fin mai en RDC plaide non coupable

Génocide rwandais: un ancien chef milicien arrêté fin mai en RDC plaide non coupable
Dernière mise à jour le 20/06/2011 à 11:03

Un responsable présumé du génocide des Tutsi 1994 au Rwanda, arrêté fin mai en République démocratique du Congo (RDC), a plaidé non coupable lors de sa présentation lundi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a constaté l?AFP.

Arrêté le 24 mai dans l’est de la RDC où il se cachait, Bernard Munyagishari a été transféré au TPIR à Arusha, en Tanzanie, le 14 juin.

Ancien président des miliciens Interahamwe pour la ville de Gisenyi (nord-ouest du Rwanda), M. Munyagishari était recherché depuis 2005.

« Je plaide non coupable », a-t-il déclaré à la lecture de chacun des chefs d?accusation portés contre lui: entente en vue de commettre le génocide, génocide ou alternativement complicité de génocide, assassinats et viols.

Le juge Dennis Byron, qui présidait l?audience, lui a promis un procès équitable, l?assurant qu?il bénéficierait de la présomption d?innocence aussi longtemps que sa culpabilité ne serait pas prouvée au-delà de tout doute raisonnable.

Le procureur Hassan Bubacar Jallow a cependant déjà annoncé qu?il avait l?intention de déposer devant les juges une demande de renvoi de cette affaire vers un pays qu?il n?a pas nommé.

Les chambres du tribunal sont actuellement saisies de trois requêtes visant à transférer des accusés vers les tribunaux rwandais.

Selon Jallow, « la stratégie de renvois d?affaires vers des juridictions nationales reste cruciale » pour le respect des délais impartis par le Conseil de sécurité qui a demandé avec insistance au TPIR de terminer tous ses travaux en 2014.

Les cinq premières demandes de renvoi d?affaires vers le Rwanda avaient été rejetées par les juges du TPIR, au motif que toutes les conditions d?un procès équitable n?y étaient pas encore réunies.

Dans les trois nouvelles requêtes déposées en novembre 2010, le procureur assure que le Rwanda remplit aujourd?hui toutes les conditions.

Jusqu?à présent, seules deux procédures de renvoi ont réussi, à destination de la France. Elles concernaient deux accusés résidant en France et qui n?ont d?ailleurs jamais été transféré au TPIR: l?abbé Wenceslas Munyeshyaka et l?ancien préfet de Gikongoro (sud), Laurent Bucyibaruta.

Paris, qui s?est vu confier les deux dossiers fin 2007, mène ses propres enquêtes mais les procès n?ont pas encore démarré.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×