Aufait Maroc

Du respect des citoyens : La mise en place sera difficile

Du respect des citoyens : La mise en place sera difficile
Dernière mise à jour le 29/06/2011 à 15:08

Les séries américaines et les blockbusters hollywoodiens ont certainement eu de l’effet sur la commission Menouni. Enfin, notre cinéma national va pouvoir utiliser les mêmes mises en scène. Dorénavant lorsqu’un officier de police procédera à une arrestation, il devra en effet lui jouer la fameuse scène de la lecture des droits, suivant l’article 23.

Le commissaire Mimoun déclarera en menottant le criminel:

“Vous avez le droit de garder le silence. Tout ce que vous direz pourra être utilisé contre vous. Vous pouvez appeler un avocat, si vous n’en avez pas les moyens, vous pouvez demander le service d’un avocat d’office. Vous avez le droit d’appeler un proche”.

Toutefois, il serait souhaitable que l’application effective de cette disposition ne se limite pas simplement à un relookage de nos séries policières.

Pourtant, après le vote de vendredi, il faudra être patient, car beaucoup de mesures, et notamment la gestion des libertés, vont demander aux citoyens et aux autorités des moyens importants et un changement total des comportements.

Avant les policiers avaient une très bonne productivité. Il leur suffisait de mettre deux gifles au suspect, ou bien de lui appliquer consciencieusement les différentes techniques de bouteilles. Ils pouvaient ainsi lui faire signer tout procès-verbal qu’ils estimaient conforme à leurs convictions ou à leurs instructions. Rapide et efficace.

Après le 1er juillet, il faudra envisager de multiplier par dix les effectifs de police et de leur donner des moyens matériels supplémentaires.

De même pour lutter contre al-fassad, la concurrence déloyale, stopper la torture, gérer toutes les libertés, activer l’institution du médiateur, garantir l’égalité homme femme, renforcer la justice…

Il va falloir embaucher du monde et faire beaucoup d’investissements. Pareil pour nos systèmes d’éducation qui doivent être revus et améliorés. L’OFPPT doit revoir sa vision 2020 et lancer de nouvelles formations à la démocratie.

Décidément après le surenchérissement des prix du pétrole, l’augmentation des salaires tous azimuts, l’embauche forcée des diplômés chômeurs, le paiement des jours de grève, la baisse de la récolte agricole… Il ne manquait plus que la réforme de la constitution pour miner durablement les finances de l’État.

Mais malgré tous les coûts nécessaires, toutes les étapes à franchir, tous les conservateurs qu’il faudra affronter pour rendre effective la mise en place des libertés individuelles annoncées, il faut voter “Oui” pour la nouvelle constitution qui a au moins le mérite d’aborder toutes ces questions.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×