Aufait Maroc

Scandale des écoutes : James Murdoch, accusé de mensonge, dans l’oeil du cyclone

Scandale des écoutes: James Murdoch, accusé de mensonge, dans l’oeil du cyclone
Dernière mise à jour le 22/07/2011 à 11:58

James Murdoch, héritier pressenti de l’empire des médias de son père Rupert, s’est retrouvé vendredi en première ligne dans le scandale des écoutes, accusé par d’ex-subordonnés d’avoir menti devant des députés britanniques, bien décidés à lui demander des comptes.

Le Premier ministre David Cameron, très critiqué ces dernières semaines pour ses liens avec les Murdoch, a lui-même souligné qu’il y avait « clairement des questions auxquelles James Murdoch devait répondre au Parlement ». Et il a appelé News International, division britannique du groupe présidée par le fils cadet du magnat, à remettre de l’ordre dans ses affaires.

Trois jours après son audition fleuve devant la commission des médias, James Murdoch, numéro trois à 38 ans du groupe familial News Corp, a été dénoncé par deux ex-salariés: Colin Myler, ancien rédacteur en chef du News of the World (NotW), le journal accusé de s’être livré à des écoutes à grande échelle depuis les années 2000, et l’ex-directeur des affaires juridiques de News International, Tom Crone.

Les deux hommes ont publié un communiqué jeudi soir, contredisant les assurances données par James Murdoch aux députés, en direct à la télévision, qu’il n’était pas au courant de l’étendue des écoutes.

Ils assurent notamment que leur ex-patron, qui a été accusé d’avoir versé des indemnités à des victimes pour étouffer le scandale, a bien eu connaissance d’un mail montrant que ces pratiques illicites ne se limitaient pas à un reporter sans scrupule.

« Quand vous avez donné votre accord au versement d’indemnités à Gordon Taylor », dirigeant de l’association des footballeurs professionnels, « aviez-vous vu ou eu connaissance de ce mail », lui avait demandé mardi le député travailliste, Tom Watson.

« Non, je n’étais pas au courant à l’époque », avait assuré James Murdoch.

Ses « souvenirs (…) sont erronés », ont répliqué ses anciens collaborateurs, « nous l’avons en réalité informé de cet email (…) ».

Lors de son audition devant la Commission des médias, Rupert Murdoch s’était largement dédouané du scandale des écoutes qui ébranle son empire, en invoquant la responsabilité de collaborateurs qui l’auraient « trompé ».

Jeudi soir, un porte-parole de News International a déclaré que « James Murdoch maintenait ses déclarations » devant les députés.

Mais la commission a fait savoir qu’elle allait lui demander des éclaircissements sur ces « versions contradictoires ».

Son président John Whittingdale n’a pas prévu toutefois de convoquer une nouvelle réunion, d’autant que la session parlementaire est terminée. James Murdoch doit répondre par écrit aux questions restées en suspens mardi.

Le député Tom Watson veut aller plus loin: il a saisi Scotland Yard. Car si ces accusations sont vraies, « cela veut dire qu’il (James Murdoch) a acheté le silence » du président de l’association des footballeurs « et cela pourrait impliquer des poursuites pour entrave au cours de la justice ».

Un autre député travailliste, Chris Bryant, a demandé que Rupert et James Murdoch soient suspendus de leurs fonctions à la tête du groupe News Corp.

Ce nouveau rebondissement pourrait fragiliser un peu plus la position de James Murdoch à la tête du bouquet satellitaire BSkyB, dont les actionnaires s’inquiètent des répercussions du scandale.

Selon la presse britannique, des membres du conseil d’administration, qui doit se réunir bientôt pour approuver les comptes semestriels publiés le 29 juillet, pourraient réclamer qu’il abandonne la présidence de cette société.

Le scandale des écoutes a déjà forcé Rupert Murdoch à renoncer au rachat complet de BSkyB, dont il détient environ 39% du capital, face au risque de blocage de l’opération par les autorités britanniques.

A lire aussi...

Annonces immobilières

Louez, achetez et vendez grâce à la plus large offre immobilière au Maroc.

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

* Ce champs est obligatoire

×