Aufait Maroc

Sénégal : un rappeur, leader d’un mouvement d’opposition, relâché par la police sans charges

Sénégal: un rappeur, leader d’un mouvement d’opposition, relâché par la police sans charges
Dernière mise à jour le 27/07/2011 à 4:57

Un rappeur responsable du mouvement « Y en a marre », opposé à la candidature du président sénégalais Abdoulaye Wade à sa succession en 2012, a été relâché mardi peu avant minuit sans charges après avoir été retenu près de 30 heures par la police à Dakar, a annoncé son groupe.

Thiat, nom de scène de Cyrill Touré qui était entendu par des policiers depuis lundi vers 17H30 (locales et GMT), a été libéré peu avant 23H30, a déclaré à l’AFP Fadel Barro, coordonnateur du mouvement et proche du rappeur.

Selon lui, Thiat ne souhaitait pas s’exprimer dans l’immédiat.

« Il n’a pas été inculpé, aucune charge n’a été retenue contre lui », les policiers « ont enquêté sur le délit d’offense au chef de l’Etat et d’injure publique, mais il n’y a rien eu de consistant », a ajouté M. Barro, sans plus de détails.

Thiat avait été convoqué lundi en fin d’après-midi à la Division des investigation criminelles (DIC, police judiciaire) pour un motif qui n’avait pas été communiqué.

Son audition avait débuté dans les locaux de la DIC, d’où il a été conduit mardi vers 01H00 au commissariat central de Dakar. Depuis, il n’avait pas quitté ces lieux et ses proches ont affirmé n’avoir reçu officiellement jusqu’à sa libération aucune information sur les raisons de sa convocation à la police.

Après l’annonce de sa convocation, plusieurs jeunes se sont spontanément rassemblés devant la police judiciaire ou le commissariat central pour lui exprimer leur soutien. Des leaders politiques et de la société civile se sont aussi rendus sur les lieux, d’après la presse locale.

Mardi, plusieurs médias sénégalais avaient affirmé que le rappeur, célèbre au Sénégal, avait été placé en garde à vue. Ils avaient lié sa convocation à des propos tenus le 23 juillet à Dakar lors d’un meeting d’opposants à la candidature de M. Wade à la présidentielle de 2012. S’exprimant en langue wolof, Thiat avait parlé d’un « patriarche qui ment » sans citer de nom.

Abdoulaye Wade, 85 ans, a été élu président une première fois en 2000 pour sept ans, puis réélu en 2007 pour cinq ans après une modification de la Constitution instituant un quinquennat renouvelable une fois.

Après avoir déclaré en 2007 qu’il ne pouvait briguer plus de deux mandats, il est revenu deux ans plus tard sur cette déclaration en annonçant qu’il serait en lice pour 2012. Il a précisé récemment qu’il avait le droit de se « dédire ».

Mardi, trois organisations de la société civile – la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho), Amnesty International-Sénégal et la Ligue sénégalaise des droits de l’homme (LSDH) – avaient « énergiquement » condamné « la convocation et l’arrestation » de Thiat, exigeant « sa libération immédiate ».

« En démocratie, nul ne saurait être inquiété du fait de ses opinions, de ses convictions et de son expression », avaient-elles souligné.

Créé en janvier par des jeunes, dont plusieurs rappeurs, pour exprimer « le ras-le-bol » au Sénégal, « Y en a marre » a bousculé partis et syndicats en s’affirmant comme un levier dans le combat contre un nouveau mandat de M. Wade.

A lire aussi...

Annonces immobilières

Louez, achetez et vendez grâce à la plus large offre immobilière au Maroc.

Retrouvez-nous sur Facebook

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l'essentiel de l'actualité nationale et mondiale.

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

×