Aufait Maroc

« Liste Magnitski » : la Russie riposte et interdit de visas des reponsables américains

« Liste Magnitski »: la Russie riposte et interdit de visas des reponsables américains
Dernière mise à jour le 10/08/2011 à 8:18

La Russie a interdit son territoire à des responsables américains en réponse aux interdictions de visas décidées par Washington à l’encontre de responsables russes liés à la mort en prison du juriste Sergueï Magnitski, rapporte mercredi le quotidien Kommersant.

Selon des sources concordantes citées par le journal, la liste établie réciproquement par Moscou est prête et contient « plusieurs dizaines d’Américains » dont les identités ne seront pas divulguées.

Il s’agit de citoyens américains qui aux yeux de Moscou ont commis des violations des droits de l’homme à l’égard de citoyens russes, notamment envers le trafiquant d’armes russe présumé Viktor Bout, arrêté en Thaïlande et détenu aux Etats-Unis, précise Kommersant.

Le département d’Etat américain avait indiqué fin juillet avoir adopté des interdictions de visas contre une liste de citoyens russes présumés être impliqués dans la mort en prison en 2009 de Sergueï Magnitski.

Le Kremlin avait alors fait savoir que la Russie préparait des mesures réciproques.

La liste russe pourrait inclure des représentants de l’Agence américaine antidrogue (DEA) impliqués dans l’arrestation de Viktor Bout et de Konstantin Iarochenko, un pilote russe arrêté au Liberia dans le cadre d’un trafic de drogue et détenu aux Etats-Unis.

« La liste ne sera pas rendue publique. Les Américains n’ont pas publié la leur, nous n’allons donc pas publier la nôtre », a indiqué une source russe à Kommersant.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, a refusé de confirmer que la liste était prête mais souligné que « tout Américain coupable de violation des droits d’un citoyen russe », pourrait y figurer, a-t-il dit à Kommersant.

Une autre source a ajouté que la liste n’incluerait pas seulement des responsables impliqués dans les affaires Bout et Iarochenko: « Il y a un paquet de dossiers concernant des violations de droits de citoyens russes ».

L’affaire Magnitski avait eu un grand retentissement. Juriste d’un cabinet américain à Moscou, Sergueï Magnitski avait dénoncé une vaste machination financière de 5,4 milliards de roubles (130 millions d’euros) ourdie par des responsables policiers et du fisc russe au détriment du fonds d’investissement occidental Hermitage et de l’Etat russe.

Un rapport officiel russe a révélé début juillet qu’il avait bien été victime de coups et privé de soins de manière « préméditée » au cours de sa détention provisoire, qui a duré 11 mois.

Des défenseurs des droits de l’homme russe ont indiqué mercredi que ce problème de « listes noires » — qui pourrait nuire aux relations bilatérales — ne serait pas apparu si les autorités russes avaient effectué une enquête efficace sur les circonstances de la mort de Magnitski.

« Ce qu’il aurait fallu faire, et nous insistons là-dessus aussi bien que les Américains, c’est enquêter sur la mort de Magnitski. C’est un crime qui inquiète l’opinion publique internationale », a déclaré l’ancienne dissidente soviétique Lioudmila Alexeeva, cité par l’agence Interfax.

A lire aussi...