Aufait Maroc

Un chauffeur de taxi anglais momifié comme un pharaon

Un chauffeur de taxi anglais momifié comme un pharaon
Dernière mise à jour le 18/10/2011 à 15:39

Un chauffeur de taxi britannique mort en janvier dernier est devenu la première personne depuis 3.000 ans à être momifiée à la manière d’un pharaon, selon un documentaire télévisé sur cette expérience scientifique menée avec l’accord du donneur.

Alan Billis, originaire du sud-ouest de l’Angleterre, était atteint d’un cancer des poumons en phase terminale quand il a décidé de donner son corps pour ce projet de momification.

« Je lisais le journal et il y avait une annonce disant: cherchons volontaire avec une maladie en phase terminale prêt à donner son corps pour une momification », explique-t-il dans ce documentaire qui doit être diffusé lundi sur la chaîne Channel 4.

« Si les gens ne sont plus volontaires (pour donner leur corps à la science), on ne pourra plus rien découvrir », a jugé cet homme, qui est mort en janvier à l’âge de 61 ans.

Dans cette démarche, Alan Billis, qui se surnomme lui-même « Toutan-Alan », en référence au pharaon Toutankhamon, a eu le soutien de sa famille.

Une équipe menée par le médecin légiste Peter Vanezis a retiré tous les organes du corps d’Alan Billis, sauf son coeur et son cerveau, avant de plonger son corps pendant un mois dans un bain de sels spéciaux, selon la chaîne de télévision britannique.

Le corps a ensuite été séché dans une salle spéciale du centre médico-légale de Sheffield (nord de l’Angleterre), puis entouré de bandelettes.

L’équipe a utilisé un procédé mis au point par Stephen Buckley, un chimiste travaillant sur la momification à l’Université de York. Le scientifique a axé ses recherches sur la XVIIIe dynastie, qui a produit les momies les mieux préservées, notamment celle de Toutankhamon, présumé mort vers l’âge de 18 ans après avoir régné une dizaine d’années il y a plus de 3.000 ans.

Buckley avait déjà mené des expériences de momification sur des pieds de cochon, dont la peau ressemble à celle des humains.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×