Aufait Maroc

L’ONU défend une taxe sur les devises pour aider les plus pauvres

L’ONU défend une taxe sur les devises pour aider les plus pauvres
Dernière mise à jour le 02/11/2011 à 11:30

Le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) a appelé mardi la communauté internationale à mettre en place une taxe sur les opérations de change pour aider les pays les plus pauvres à s’adapter au changement climatique et en atténuer les effets.

« Nos analyses montrent qu’une taxe sur les opérations de change très faibles (0,005%) pourrait rapporter sans aucun surcoût administratif environ 40 milliards de dollars (29,3 milliards d’euros) par an », souligne le Pnud dans son rapport annuel 2011 sur le développement humain.

A la veille du sommet du G20 à Cannes, le Pnud invite les gouvernements à aider les pays les plus pauvres à réduire les « menaces environnementales » qui pèsent sur leur développement.

L’agence onusienne estime que les marchés de capitaux mondiaux, avec quelque 178 mille milliards d’actifs financiers, « ont la taille et la profondeur nécessaires pour relever le défi ».

« C’est l’occasion de repenser à une taxe plus large sur les transactions financières », relève le rapport qui s’est penché cette année sur les conséquences du changement climatique sur le développement humain.

Comme l’explique le Pnud, « les plus défavorisés subissent souvent – et continueront de subir – les conséquences de la dégradation de l’environnement bien que nombre d’entre eux n’y contribuent guère ».

Ces populations sont accablées par ce que les experts appellent une « double charge »: plus vulnérables aux effets les plus larges de la dégradation de l’environnement, elles sont aussi confrontées aux menaces sur leur environnement immédiat dues notamment à la pollution de l’air intérieur, aux eaux polluées et aux problèmes d’assainissement.

Pour mesurer ces déficits graves en matière de santé, d’éducation et de niveau de vie, le Pnud a créé un indice de pauvreté multidimensionnelle qui cette année examine pour la première fois l’ampleur des « privations environnementales » en termes notamment d’accès aux combustibles de cuisson ou eau salubre.

« Les chiffres sont très choquants », affirme l’auteur principal du rapport, Jeni Klugman.

Dans les pays en développement, au moins 6 personnes sur 10 souffrent ainsi d’une de ces privations environnementales et 4 sur 10 en subissent au moins deux.

En outre, la moitié des cas de malnutrition dans le monde sont dus à des facteurs environnementaux, selon le Pnud.

Le rapport montre ainsi que malgré les progrès constatés en termes de développement humain au cours des dernières années, la destruction de l’environnement s’accèlère et la distribution des revenus s’est dégradée.

L’Indice du développement humain (IDH) établi par le Pnud, et qui recouvre les revenus, la santé et l’éducation, montre ainsi des progrès sur le plan mondial (passant de la valeur 0,679 à 0,682 entre 2010 et 2011). Toutefois, ce même indice « ajusté aux inégalités » révèle une perte globale de 23% en un an.

« Les plus grosses pertes (de l’indice, ndlr) ont été enregistrées dans le domaine de l’éducation, suivi des revenus et de la santé », a indiqué Mme Klugman, soulignant que toutes les régions du monde ont enregistré un recul de cet indice dit ajusté.

Selon l’IDH 2011, la Norvège, l’Australie et les Pays-Bas arrivent en tête, alors que la République démocratique du Congo, le Niger et le Burundi sont en bas du classement.

Les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, le Canada, l’Irlande, le Liechtenstein, l’Allemagne et la Suède complètent les 10 premières places du classement. Cependant, en ajustant l’indice aux inégalités, certains des pays les plus riches ne sont plus dans les 20 premières positions. Les Etats-Unis passent ainsi de la 4e à la 23e place. D’autres gagnent des places comme la Suède et le Danemark.

Voici un classement des Etats en fonction de leur indice de développement humain (IDH). Figurent les quinze premiers et les quinze derniers. Le PIB/habitant est en dollars constants de 2005 à PPA (parité de pouvoir d’achat), ce qui permet de prendre en compte le niveau des prix dans chaque pays):

IDH Esp. de vie Années de scolarisation PIB/habitant

———————————————————

Les 15 premiers

1. Norvège 0,943 81,1 12,6 47.557

2. Australie 0,929 81,9 12,0 34.431

3. Pays-Bas 0,910 80,7 11,6 36.402

4. USA 0,910 78,5 12,4 43.017

5. Nlle-Zélande 0,908 80,7 12,5 23.737

6. Canada 0,908 81,0 12,1 35.166

7. Irlande 0,908 80,6 11,6 29.322

8. Liechtenstein 0,905 79,6 10,3 83.717

9. Allemagne 0,905 80,4 12,2 34.854

10.Suède 0,904 81,4 11,7 35.837

11.Suisse 0,903 82,3 11,0 39.924

12.Japon 0,901 83,4 11,6 32.295

13.Hong Kong 0,898 82,8 10,0 44.805

14.Islande 0,898 81,8 10,4 29.354

15.Corée du Sud 0,897 80,6 11,6 28.230

Les 15 derniers

173.Zimbabwe 0,376 51,4 7,2 376

174.Ethiopie 0,363 59,3 1,5 971

175.Mali 0,359 51,4 2,0 1.123

176.GuinéeBissau 0,353 48,1 2,3 994

177.Eryhtrée 0,349 61,6 3,4 536

178.Guinée 0,344 54,1 1,6 863

179.Rep Centrafr 0,343 48,4 3,5 707

180.Sierra Leone 0,336 47,8 2,9 737

181.Burkina Faso 0,331 55,4 1,3 1.141

182.Liberia 0,329 56,8 3,9 265

183.Tchad 0,328 49,6 1,5 1.105

184.Mozambique 0,322 50,2 1,2 898

185.Burundi 0,316 50,4 2,7 368

186.Niger 0,295 54,7 1,4 641

187.RDCongo 0,286 48,4 3,5 280

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×