Aufait Maroc

Après la victoire de son parti aux législatives : Benkirane reçu ce mardi par le Roi

Après la victoire de son parti aux législatives     : Benkirane reçu ce mardi par le Roi
Dernière mise à jour le 28/11/2011 à 13:07

Le secrétaire général du Parti Justice et Développement (PJD), Abdelilah Benkirane, devrait être reçu ce mardi 29 novembre par le Roi Mohamed VI qui devrait, sauf surprise, lui confier les rênes du prochain gouvernement, en remplacement d’Abbas El Fassi.

C’est le président du groupe parlementaire sortant du PJD, Lahcen Daoudi, qui l’a indiqué ce lundi: “Abdelilah Benkirane pourrait être reçu demain (mardi) au palais pour être officiellement nommé”, a confié Daoudi à l’Agence France-Presse (AFP).

Cette audience royale avec Benkirane intervient cinq jours après la victoire du PJD aux législatives du 25 courant, à l’issue desquelles le parti de la lampe a obtenu 107 sièges sur 395, loin devant son poursuivant immédiat, l’Istiqlal qui lui, a obtenu 60 sièges.

Après sa nomination, place aux consultations

Le futur gouvernement dirigé par le PJD sera forcément un gouvernement de coalition, car avec seulement 107 sièges (la majorité absolue est fixée à 198), le PJD ne peut gouverner tout seul.

Une fois nommé Chef du gouvernement donc, Benkirane devrait commencer les concertations avec principalement les formations membres de la Koutla, en vue de la formation du nouvel exécutif.

D’autres formations pourraient également se joindre à ces consultations, à l’exception du PAM: “Nous sommes prêts à mener ces concertations avec les partis, à l’exception d’un seul qui nous considère comme une ligne rouge”, a déclaré le chef du PJD dans une allusion à peine voilée à ce parti.

Le siège du parti en fête

En attendant, ce sont des centaines de militants qui ont pris d’assaut dimanche soir le siège du PJD dans le quartier des Orangers à Rabat, pour fêter la victoire de leur parti en chantant et en applaudissant à tout rompre.

Au même moment, des dizaines de voitures arborant le drapeau national sillonnaient les quartiers en klaxonnant, leurs passagers lançant des hourra et des bravo, rapporte l’AFP.

“Moi, je suis pour le PJD car c’est la voix du peuple. Il parle au nom du peuple.”

Youssef.

Quelques minutes plus tard, celui qui, pour la première fois dans l’histoire moderne du Maroc a hissé le PJD sur les marches du pouvoir, en l’occurrence Abdelilah Benkirane, a tenu une conférence de presse au cours de laquelle ses déclarations ont été plusieurs fois entrecoupées d’applaudissements et de youyous des femmes.

Prêt à écouter le M20

Évoquant à cette occasion le “Mouvement du 20 février”, le chef du PJD s’est dit prêt à discuter avec lui “dès ce soir”.

“S’ils (les militants du Mouvement) disent des choses sérieuses, il faut les écouter. Si un seul Marocain dit des choses sérieuses, il faut l’écouter. Eux, ils sont des milliers.”

Abdelilah Benkirane.

A noter qu’à l’appel de ce mouvement qui avait prôné le boycott du scrutin de vendredi, ce sont plusieurs centaines de manifestants qui ont défilé dimanche à Casablanca pour contester les chiffres officiels de participation aux législatives.

Dans leurs slogans, les manifestants ont notamment contesté le taux officiel de participation de plus de 45%, assurant que “le peuple n’a pas voté”.

A lire aussi...