Aufait Maroc

Championnat d’Afrique U-23 – Gabon vs Maroc : Le Maroc rate la dernière marche

Championnat d’Afrique U-23 – Gabon vs Maroc : Le Maroc rate la dernière marche
Dernière mise à jour le 11/12/2011 à 9:49

Après son succès en demi-finale contre l’Égypte, la sélection marocaine avait l’occasion de s’offrir la cerise sur le gâteau. Dernier obstacle à se dresser devant les Lionceaux, le Gabon, victorieux du Sénégal (0-1) au tour précédent. Un adversaire visiblement à la portée des hommes de Pim Verbeek, au regard des statistiques de surcroît similaires (deuxième au sortir des poules, cinq buts marqués pour trois encaissés). Mais face à l’enjeu, la partie aura d’abord connu un premier quart d’heure d’observation. Tendu certes, mais que Tighadouini, par son talent et sa fougue, a pris le soin de décomplexer. Servi côté gauche (17e), l’attaquant du Vitesse Arnhem accélérait et décrochait une frappe limpide des seize mètres que le dernier rempart gabonais repoussait des deux poings.

Six minutes plus tard, Tighadouini encore, retrouvé cette fois-ci sur le flanc droit, faisait encore mieux, en adressant un centre fort devant le but que Mokhtar parvenait à reprendre victorieusement du plat du pied au second poteau (0-1). Driss Fettouhi et sa bande avaient fait un pas vers le sacre. De là à lui conférer une grandeur trop importante…

Le Gabon renverse la vapeur

Auteurs d’un relâchement coupable, les locaux se sont montrés incapables de conserver l’initiative du jeu et doubler la mise, comme ils firent face à l’Égypte en demi-finale. Il n’en fallait pas plus pour permettre à leurs adversaires d’exprimer toutes leurs qualités de vitesse, de percussion et surtout de réalisme. Sur une phase offensive à proximité de la surface de réparation (34e), la formation gabonaise se retrouvait étrangement dans une position de quatre contre quatre. Nono à la baguette décalait dans l’intervalle son coéquipier Obiang, dont la frappe fit mouche (1-1). Et le pire allait se produire avant la pause. Sur un coup botté depuis le côté droit par Ndoumbo (41e), toute la défense marocaine est passée au travers, et encore Nono, qui en voulait plus que Noussair, a fusillé d’une tête rageuse à bout portant le portier marocain El Kharroubi (1-2).

Revenir encore plus forts l’été prochain

Mené, le Maroc a dû courir après le score plus d’une mi-temps durant. Et comme contre le Sénégal, il ne l’aura malheureusement jamais rattrapé. L’absence de son meilleur buteur Barrada, capable de galvaniser les troupes et porter le jeu vers l’avant, a pesé lourd. Surtout qu’en seconde période, Tighadouini et Mokhtar ont cruellement manqué de jus. La sortie de Bidaoui (67e) remplacé par Itri, suite à l’expulsion d’El Kharroubi, n’a elle pas arrangé les choses. Et les entrées successives de Bamaamar et Belaaroussi n’ont rien pu changer, tout comme les dix minutes de temps additionnel dues à une fin de match houleuse, entachée de mauvais gestes et simulations. Néanmoins, on pourra tout de même regretter qu’à défaut d’avoir été libérés par l’obtention d’une qualification aux JO, les Lionceaux aient davantage été crispés par l’enjeu de remporter ce premier titre continental à domicile.

Dommage. Cependant, quand on sait que le rêve olympique a démarré d’un rien il y a moins d’un an et demi, on peut être tout de même satisfait et fier de la réalité d’aujourd’hui. La troupe à Pim Verbeek aurait sans doute mérité meilleur sort, mais ce dénouement un peu “cruel” les poussera, c’est certain, à redoubler d’efforts, pour revenir encore plus forts, et briller de mille feux, l’été prochain, sous le ciel londonien.

A lire aussi...

Annonces immobilières

Louez, achetez et vendez grâce à la plus large offre immobilière au Maroc.

Retrouvez-nous sur Facebook

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l'essentiel de l'actualité nationale et mondiale.

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

×