Aufait Maroc

Evolution « positive » de la situation de l’enfance en 2011 pour un Maroc digne de ses enfants (ONDE)

Evolution « positive » de la situation de l’enfance en 2011 pour un Maroc digne de ses enfants (ONDE)
Dernière mise à jour le 29/12/2011 à 8:46

La situation de l’enfance a connu de manière globale une évolution « positive » en 2011, confortant l’engagement pris en faveur d' »un Maroc digne de ses enfants », a souligné le directeur exécutif de l’observatoire national des droits de l’enfant (ONDE), Said Raji.

« Grâce à l’existence d’un Plan d’action national pour l’enfance (PANE) pour la décennie 2006-2015, la promotion et la protection des droits de l’enfant font désormais partie intégrante des politiques publiques de l’Etat au Maroc », a expliqué M. Raji dans un entretien.

Relevant que le PANE dresse un tableau global de la situation de l’enfance au Maroc en déterminant notamment les priorités et actions à entreprendre, il a précisé que le plan « constitue en soi un acquis indéniable permettant d’oeuvrer de façon continue » à l’amélioration de la condition de l’enfant, avec pour objectif ultime de bâtir « un Maroc digne de ses enfants ».

Ainsi, et grâce aux efforts déployés dans ce cadre par les différents acteurs concernés, le Royaume « est sur le point d’afficher une couverture vaccinale quasi-universelle », tout en accordant  »une attention accrue à la santé des adolescents qui représentent 20-pc de la population avec la mise en place d’espaces de santé jeunes dans les différentes régions ».

« On dispose aujourd’hui d’une nouvelle génération de services publics pour la prise en charge des enfants maltraités, abusés et/ou violentés à travers notamment la généralisation des unités de prise en charge intégrée des femmes et des enfants dans les établissements hospitaliers, les cellules de prise en charge des femmes et enfants au niveau des tribunaux », a ajouté le directeur exécutif de l’ONDE.

Il s’est également félicité de la  »baisse spectaculaire » du taux de mortalité maternelle, qui se situe à 112 décès maternels pour 100.000 naissances vivantes, et de mortalité infantile qui est évalué à 30,2-pc en 2009-2010.

En matière d’accès à l’éducation, M. Raji a fait état de la « quasi généralisation de l’enseignement primaire », précisant que « le taux de scolarisation des enfants âgés de 6 à 11 ans a atteint 97,5-pc en 2010-2011.

Le renforcement du cadre législatif de protection de l’enfance n’a pas été en reste dans cette action multiforme. L’année 2011 a été en effet marquée par l’adoption en Conseil de gouvernement du projet de loi sur les conditions d’emploi et de travail des domestiques, interdisant le travail des enfants âgés de moins de 15 ans et réglementant les conditions de travail des enfants dont l’âge varie de 15 à 18 ans, a-t-il rappelé.

Et M. Raji d’assurer que « l’adoption du projet de loi précité nous réconforte dans notre action puisqu’il répond de la sorte aux campagnes nationales de sensibilisation pour la lutte contre le travail domestique des petites filles lancées sous la Présidence de SAR la Princesse Lalla Meryem, Présidente de l’ONDE.

Mettant l’accent sur les nombreuses actions entreprises par l’ONDE, durant l’année 2011, pour défendre les droits des enfants au Maroc, M. Raji a expliqué qu’il s’agit, en premier lieu, de la pérennisation du travail de signalement et d’assistance aux enfants victimes de violence, de maltraitance, de toutes les formes d’abus et d’exploitation à travers le Centre d’écoute et de protection des enfants maltraités et du numéro vert (080002511), fonctionnant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 à l’ONDE.

« Un total de 520 cas d’agressions sexuelles, physiques, négligence ou aide ont été traités, de janvier à novembre 2011″, a-t-il précisé, soulignant qu’en vue d’associer les enfants au débat autour des questions les intéressant, « six sessions régionales du Parlement de l’enfant ont été organisées à Midelt, Tanger, Casablanca, Marrakech, Oujda et Agadir ».

Dans le cadre de sa coordination du réseau des organisations non gouvernementales oeuvrant dans le domaine de l’enfance, l’ONDE a organisé, récemment, une rencontre de deux jours à Bouznika sur la participation de la société civile à la discussion des 3è et 4è rapports périodiques gouvernementaux du Maroc sur la mise en oeuvre de la convention des droits de l’enfant qui seront incessamment présentés au Comité des droits de l’enfant des Nations Unies, a annoncé M. Raji.

Persévérant dans ses activités de plaidoyer en faveur de la protection de l’enfance, l’Observatoire a organisé une rencontre avec les députés au niveau de la Chambre des conseillers. Il a aussi consacré sa 13ème édition du congrès national des droits de l’enfant, regroupant les acteurs de la société civile et gouvernementaux, à l’évaluation à mi-parcours du PANE et à déterminer les orientations stratégiques pour la deuxième phase.

D’autre part, l’ONDE « a veillé à la sensibilisation aux problématiques touchant à la protection des droits de l’enfant au Maroc à travers une série de publications, notamment son numéro annuel de la revue marocaine de l’enfant et de la famille en collaboration avec la chaire de l’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) « enfant, famille et société ». Il en est de même pour le rapport annuel sur l’enfant dans la presse et l’élaboration, en cours de finalisation, en plus de 2 modules de formation sur les droits des enfants au profit des étudiants journalistes et des professionnels du secteur.

Un des moments forts pour l’année 2011, la remise du prix Méditerranée pour l’Enfance à SAR la Princesse Lalla Meryem pour son engagement continu en faveur de la protection des droits de l’enfance.

Pour l’année 2012, il a annoncé que « nos actions consisteront à développer en collaboration avec nos partenaires, notamment la société civile, un système de protection transversale aux divers domaines de l’enfance » tels la santé, l’éducation et la maltraitance de l’enfant.

En juin 1993, le gouvernement avait ratifié la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant. L’année suivante, en mai 1994, à l’initiative de Son Altesse Royale la Princesse Lalla Meryem, le premier Congrès National des Droits de L’Enfant a été organisé à Casablanca.

Lors de la seconde édition du Congrès National des Droits de L’Enfant, tenue à Kénitra en mai 1995, Feu Sa Majesté Hassan II a pris la décision d’ériger le Congrès National des Droits de L’Enfant en Observatoire National chargé de suivre la stratégie relative à la mise en oeuvre de la Convention des Nations Unies pour les droits de l’enfant.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×