Aufait Maroc

Austérité en Italie : Mme Monti a préparé elle-même le repas de la Saint-Sylvestre

Austérité en Italie: Mme Monti a préparé elle-même le repas de la Saint-Sylvestre
Dernière mise à jour le 05/01/2012 à 11:10

Le président du Conseil italien Mario Monti a défendu jeudi le train de vie austère qu’il s’est fixé, en affirmant à un sénateur de la Ligue du Nord que sa femme avait préparé et servi elle-même le repas de la Saint-Sylvestre où n’était conviée que sa famille.

Dans un comnuniqué, le chef du gouvernement, qui a imposé une sévère cure d’austérité aux Italiens, a tenu à répondre dans le détail à ce sénateur du mouvement populiste passé dans l’opposition.

Roberto Calderoli, connu pour ses déclarations provocatrices, s’était interrogé sur d’hypothétiques agapes de M. Monti aux frais du contribuable, le 31 décembre.

Le style de vie austère de M. Monti contraste avec celui de M. Berlusconi que soutenait précisément la Ligue du Nord.

Avec la touche d’humour sobre qui est sa marque, M. Monti exprime « sa gratitude » à M. Calderoli, soulignant qu’à son avis aussi, il serait « inopportun et insultant envers les citoyens d’organiser une fête en utilisant des structures et du personnel de l’Etat ».

M. Monti, qui a annoncé dès son arrivée au gouvernement renoncer à titre personnel aux rémunérations de président du Conseil et de ministre de l’Economie (il cumule les deux fonctions), a démenti qu’il y ait eu « des festivités au Palais Chigi », siège de la présidence du Conseil. Un « simple repas de caractère privé » s’est tenu « dans l’appartement, résidence du président du Conseil ».

« Elle a duré de 20h00 à 00h15. Etaient présents Mario Monti, sa femme, leur fille et leur fils, avec les conjoints, une soeur de Mme Monti avec son époux, quatre petits enfants des Monti, âgés d’un an et demi à six ans », a précisé le communiqué.

Tous les invités résidaient « naturellement à leurs frais » dans un hôtel proche. Le coût du repas, très conforme à la tradition italienne, avec tortellini, lentilles, cotechino (saucisses bouillies) et dessert, « a été à la charge » de M. Monti.

Mme Monti a fait les courses dans différents magasins puis « le repas a été préparé et servi à table » par elle, ce qui exclut « des dépenses directes ou indirectes en personnel ».

De nouveau avec un mélange d’humour et sérieux, M. Monti dit « ne pouvoir exclure que le nombre relativement élevé de convives -dix-, ait pu entraîner pour l’administration du Palais Chigi des coûts légèrement supérieurs (…) d’énergie électrique, gaz et eau ».

M. Monti, a encore rappelé le communiqué, évite dès qu’il le peut d’utiliser les voitures de l’Etat, et se rend en train à son domicile de Milan.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×