Aufait Maroc

Edito : Intégrisme

Edito: Intégrisme : La démocratie selon Fizazi
Dernière mise à jour le 25/01/2012 à 17:14

Mohammed Fizazi, qui avait été condamné à 30 ans de prison comme guide spirituel des salafistes, a été libéré suite à une grâce royale en avril 2011. Depuis, il ne cesse de tenir un langage modéré sur la nécessité de respecter l’institution monarchique  et le jeu politique. En défenseur d’un ultra-conservatisme, il s’est notamment fait connaître par ses attaques contre les athées, les homosexuels et les casseurs de ramadan.

Aujourd’hui, Fizazi annonce clairement son intention de créer un parti politique. L’écoute de quelques-unes de ses vidéos sur YouTube fait froid dans le dos. Ses commentaires sur la démocratie en particulier sont d’un autre âge. On a du mal à concevoir que de telles vues puissent exister de nos jours. Il revisite même la notion de tolérance que l’on prête à l’islam. Le fameux verset coranique qui dit “vous avez votre religion et nous avons la nôtre”, souvent cité comme étant le summum de la tolérance, est analysé autrement par Fizazi.

Pour lui, cette phrase est en réalité un avertissement, une menace. Elle signifie: “votre religion est une voie pour l’enfer et notre religion est la seule voie pour le paradis”. Pour appuyer sa démonstration, il cite un autre verset qui, selon lui, abroge toutes les paroles de tolérance attribuées au Coran: qui désire une religion autre que l’islam ne sera point écouté et sera parmi les perdants.

Après de longues démonstrations sur le fait que la démocratie n’est finalement qu’une autre religion, le tour est joué, la démocratie ne peut alors mener qu’en enfer, parce que la seule religion qui mène au paradis c’est l’islam. “Ne voyez-vous pas qu’en islam nous sommes des adorateurs du seigneur de l’univers alors que dans la religion de la démocratie ils adorent les hommes, ceux qui urinent et qui défèquent?!”, s’exclame-t-il. Et sa conclusion est catégorique: un musulman ne peut pas être musulman et démocrate. Enfin tous ceux qui aiment l’humour noir et scatologique sont invités à écouter les prêches de Fizazi sur YouTube.

Nous avons raté une belle occasion de mettre fin à toutes ces dérives en déclarant clairement dans la Constitution que la religion est une affaire privée séparée de la politique. Aujourd’hui, la démocratie que ces islamistes radicaux rejettent leur permet de s’exprimer, de faire des partis politiques, de manifester. Le gouvernement est trop occupé à gouverner, le seul salut réside dans la société civile pour défendre les quelques acquis que nous avons engrangés avec notre petit printemps arabe.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×