Aufait Maroc

Sénégal : Président, pourquoi trois mandats?

Sénégal : Président, pourquoi trois mandats?
Dernière mise à jour le 31/01/2012 à 14:00

Quatre morts au Sénégal, quatre jours après la décision du Conseil Constitutionnel de valider la candidature de président en exercice Abdoulaye Wade pour un troisième mandat, alors que ce dernier avait lui-même modifié la Constitution pour limiter les mandats présidentiels à deux. Alors question, au-delà de tout débat juridique sur la validité de la candidature de Wade pour un troisième mandat: pourquoi Abdoulaye Wade a limité les mandats du président à deux et veut en faire trois?

Il se défend d’avoir été élu sous l’ancienne Constitution et donc logiquement, son premier mandat ne saurait être pris en considération. Mais quand on pose un acte en politique, on commence par se l’appliquer. Abdoulaye Wade était prêt à montrer l’exemple, il y a quelques années, en clamant haut et fort qu’il ne briguerait pas un troisième mandat. Il avait ajouté une précision de taille: “même si je le voulais, la Constitution ne me le permettrait pas”. Depuis, le président sénégalais a retourné sa veste et s’est employé à convaincre juridiquement et par tout autre moyen le Conseil Constitutionnel.

Ce même Conseil Constitutionnel, au-delà même de l’aspect juridique discutable, aurait pu user de la morale pour ne pas valider la candidature de Wade, qui fait déjà couler le sang au Sénégal. Servons-nous des arguments utilisés par ce Conseil pour invalider la candidature du célèbre chanteur Youssou Ndour. On lui reproche d’avoir fourni 30.000 signatures alors qu’on lui en avait demandé 10.000. Ces signatures de plus ne sont-elles pas une preuve de confiance du peuple sénégalais envers le candidat Youssou Ndour? Et le Conseil l’écarte parce que des prénoms de quelques signataires auraient été écrits par la même personne. Quand on connaît le nombre d’analphabètes au Sénégal, l’argument ne fait pas le poids.

Alors, pourquoi le Conseil Constitutionnel n’a pas invalidé la candidature de Wade du fait de son âge avancé (86 ans) ? Moralement, cet argument vaut plus une invalidation que celui qui a valu l’élimination de la course à la présidentielle de Youssou Ndour.

Moralement, pourquoi le Conseil Constitutionnel n’a pas sommé Wade de ne pas se présenter pour un troisième mandat pour s’appliquer lui-même, ce qu’il veut que ses successeurs s’appliquent: un mandat de sept ans renouvelable une fois? La démocratie sénégalaise en serait honorée en lieu et place de l’embrasement actuel du pays.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

L’agenda