Aufait Maroc

« Black fashion power » : le magazine Elle se défend d’être raciste

« Black fashion power »: le magazine Elle se défend d’être raciste
Dernière mise à jour le 02/02/2012 à 15:50

Le magazine « Elle », le plus célèbre des journaux féminins, doit se défendre d’être raciste après le tollé soulevé par un article de son édition française sur la « Black Fashion », nouveau style vestimentaire adopté par des vedettes noires qui auraient intégré des « codes blancs ».

« Non ‘Elle’ n’est pas raciste », écrit la Société des journalistes de l’hebdomadaire, propriété du groupe français Lagardère, rappelant qu’il « n’a jamais cessé de s’engager depuis plus de 60 ans dans les combats pour la dignité de toutes les femmes ».

L’article est paru le 13 janvier en France. La journaliste Nathalie Dolivo y cite en exemple quelques personnalités noires américaines et affirme que « pour la communauté afro, le vêtement est devenu une arme politique ».

« Comment ne pas y voir l’effet du couple Obama? Dans cette Amérique dirigée pour la première fois par un président noir, le chic est devenu une option plausible pour une communauté jusque-là arrimée à ses codes streetwear », le style hérité du mouvement hip-hop, dit l’article intitulé « Black Fashion Power ».

« Mais, si, en 2012, la ‘black-geoisie’ a intégré tous les codes blancs, elle ne le fait pas de manière littérale », dit encore l’article.

« Elle » citait quelques célébrités américaines qui seraient représentatives de ce nouveau style: Solange Knowles, soeur de Beyoncé, les chanteuses Erykah Badu, Kelly Rowland, Azealia Banks, Rihanna ou l’actrice Zoë Saldana.

Dès sa parution, l’article a déclenché des réactions indignées, jusqu’aux Etats-Unis.

Le New York Magazine évoque une généralisation « gênante » sur le style black, le New York Daily News parle d’un « traitement raciste » et dit à « Elle »: « Fermez la bouche! » (en français dans le texte). La version américaine du site Huffington Post y voit des « déclarations controversées, stéréotypées et insultantes ».

« Les jeunes femmes noires ne sont pas ces sauvages enfin civilisées et éduquées ayant ‘intégré tous les codes blancs’ comme vous nous l?expliquez à la manière d?un colon émancipateur », écrit pour sa part Patricia Ohanda, éditorialiste du site francophone afrosomething.com.

En France, la journaliste antillaise Audrey Pulvar a qualifié le papier de « raciste et imbécile », tandis que le Conseil représentatif des associations noires (Cran) a exigé mercredi des « excuses immédiates et publiques ».

Face aux « vives réactions et aux nombreux commentaires », l’article a été retiré du site internet de Elle.

« Si cet article a pu choquer ou blesser certaines personnes nous en sommes profondément désolés car ce n’était nullement notre intention, au contraire. Nous regrettons vivement ce malentendu », écrit Valérie Toranian, directrice de la rédaction, sur le site.

Nathalie Dolivo, auteur de l’article, s’est également excusée et a expliqué que son propos « se voulait positif ».

« Il s’agissait de mettre en avant ces nouvelles figures qui affolent et fascinent l’industrie de la mode et de l’entertainment, du show-business », dit-elle, ajoutant que l’article porte « majoritairement sur un phénomène américain ».

Pour tenter d’éteindre la polémique, l’hebdomadaire a invité le collectif Anti-négrophobie à discuter de l’article, que ce dernier considère comme relevant du « racisme inconscient ».

« On a parfaitement conscience que l’article avait l’intention de promouvoir positivement l’image des noirs. Et quand on décode de manière précise la thématique qu’il aborde, on se rend compte que, finalement, il produit un racisme qu’il voulait combattre », explique ce collectif dans un entretien disponible sur le site de l’hebdomadaire.

A lire aussi...

Annonces immobilières

Louez, achetez et vendez grâce à la plus large offre immobilière au Maroc.

Retrouvez-nous sur Facebook

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l'essentiel de l'actualité nationale et mondiale.

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

×