Aufait Maroc

Infrastructures routières : Le projet de la voie de contournement de Nador au point mort

Infrastructures routières : Le projet de la voie de contournement de Nador au point mort
Dernière mise à jour le 08/02/2012 à 10:23

En janvier dernier, les autorités avaient expliqué lors de la session de l’assemblée provinciale que le retard accusé dans le lancement des travaux de la voie de contournement de la ville de Nador, d’une importance cruciale pour la ville, était “dû à des difficultés financière, juridique et technique”.

Dans une déclaration à la MAP, le président du conseil provincial, Said Rahmouni a indiqué que le coût du projet avait été revu à la hausse après qu’une étude postérieure à la signature de la convention avait révélé que l’expropriation des terrains, se trouvant sur le tracé de la voie de contournement, nécessitait, à elle seule, 22 millions de dirhams (MDH). Un “fardeau financier de plus” qui n’a pas été pris en compte, selon lui.

“Le conseil ne peut en aucun cas procéder à l’expropriation des terrains sans être en mesure de garantir les ressources pour le dédommagement des propriétaires.”

Said Rahmouni, président du conseil provincial

En quête d’un nouveau partenaire

Et d’ajouter que les 55 MDH, contribution du conseil pour le premier tronçon Taouima-Zghanghan, sont disponibles. Le conseil s’est engagé à participer à hauteur de 75 MDH à la réalisation de ce projet dont le montant s’élève à 180 MDH. Le ministère de l’Équipement et des Transports et l’agence de promotion et de développement des provinces de l’Oriental contribuent respectivement de 70 et 35 MDH.

L’association d’un autre partenaire au projet demeure actuellement la solution plausible pour parvenir à assurer les fonds nécessaires à la réalisation de cette route, a-t-il relevé. Outre les difficultés liées à l’expropriation et au financement, intrinsèquement liés, s’ajoutent d’autres obstacles d’ordre technique.

Une partie du 2ème tronçon de la route de contournement fait désormais partie de la zone d’intervention de l’Agence Marchica, en charge de la réalisation du grand projet touristique de la lagune Marchica, a expliqué une source proche du dossier, qui a fait savoir qu’une réunion avec les responsables de l’agence devrait avoir lieu pour débattre du sujet.

La voie de contournement: une priorité pour la ville

Cette même source n’a pas exclu le recours à “une révision partielle” du tracé de la route si la nécessité s’en fait sentir. S’étalant sur une distance de 16 km, cette infrastructure routière devrait relier la région de Touima à Beni Nsar en passant par la région d’Ihaddaden.

La route de contournement constitue une priorité absolue pour la ville de Nador qui connaît aujourd’hui une circulation dense notamment au niveau des principaux axes traversant la ville à destination de Beni Nsar. Ces derniers connaissent un trafic quotidien de plus en plus important de véhicules légers mais aussi de poids lourds affectant ainsi les déplacements au niveau du front de mer et du centre de la ville.

Cette route va contribuer à la décongestion des principaux axes de la ville et des avenues adjacentes, garantir une fluidité de circulation au centre ville et réduire le temps de traversée pour les milliers de véhicules, dont beaucoup de poids lourds, se dirigeant vers Beni Nsar et Melilla.

A lire aussi...

Annonces immobilières

Louez, achetez et vendez grâce à la plus large offre immobilière au Maroc.

Retrouvez-nous sur Facebook

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l'essentiel de l'actualité nationale et mondiale.

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

×