Aufait Maroc

La vague de froid tue encore en Europe de l’Est, normalisation dans l’Ouest

La vague de froid tue encore en Europe de l’Est, normalisation dans l’Ouest
Dernière mise à jour le 12/02/2012 à 18:27

Des régions restaient isolées dimanche du fait du froid et de la neige dans l’Est et le Sud balkaniques de l’Europe, mais plus à l’ouest, en France et en Italie, la situation revenait peu à peu à la normale.

Au moins dix nouveaux morts ont été enregistrés en 24 heures en Europe orientale et méridionale, ce qui porte à environ 620 le nombre des personnes ayant péri depuis le début du mois en raison des températures glaciales dans l’ensemble du continent, en comptant la Russie.

En Roumanie, trois personnes sont mortes d’hypothermie dans les dernières vingt-quatre heures, faisant passer le bilan de la vague de froid à 68 morts.

Des milliers de pompiers, de militaires et d’employés du ministère de l’Intérieur ont travaillé toute la nuit pour dégager les accès dans deux départements de l’est du pays très touchés par les chutes de neige et le froid. Trente-six localités sont encore isolées, un chiffre cependant en baisse par rapport à la veille, selon le ministère de l’Intérieur.

Le froid a fait sept nouveaux morts dimanche au Kosovo, en Albanie, en Bosnie et en Serbie, portant à 54 le nombre de décès dus aux intempéries dans les Balkans, région où continuaient de se produire d’importantes chutes de neige.

Dans le sud du Kosovo, une avalanche a enseveli onze personnes samedi, dont sept ont été retrouvées sans vie le même jour. Dimanche, trois autres cadavres ont été découverts par les secouristes qui ont toutefois réussi à sauver une fillette de cinq ans.

En Bosnie, un sans-abri a été retrouvé mort près de Zvornik (est).

En Albanie, deux techniciens âgés de 40 et 45 ans qui s’apprêtaient à réparer une ligne de haute tension ont péri dans la nuit de samedi à dimanche, piégés sous la neige.

En Serbie, une femme de 68 ans a été découverte sans vie dans la neige dans la région de Kraljevo (centre).

Au total, il y a eu 20 morts en Serbie, 12 en Bosnie, 10 au Kosovo, quatre au Monténégro, trois en Croatie, trois en Albanie et deux en Macédoine, selon les chiffres officiels.

En outre, plus de 110.000 villageois étaient toujours isolés à cause de la neige dans les Balkans, dont 60.000 au Monténégro, soit pratiquement 10% de la population de ce petit pays qui a décrété samedi soir l’état d’urgence sur la totalité de son territoire. La capitale, Podgorica, était paralysée par une couche de neige dépassant les 50 cm, un niveau jamais atteint en cinquante ans.

Samedi, trois hélicoptères et 20 soldats de l’armée autrichienne ont ravitaillé en vivres des villages de Bosnie-Herzégovine coupés du reste du monde, notamment dans le sud du pays.

En Italie, où le froid avait fait plus de 45 morts en une dizaine de jours, la situation revenait à la normale dimanche dans une grande partie du pays, même si certaines régions du centre-sud continuaient d’être isolées.

Une situation difficile était toujours signalée ici et là, surtout dans les Abruzzes (centre-est) et dans les Marches (sud-est), où la neige, parfois de plusieurs mètres d’épaisseur, rendait tous les déplacements difficiles. Les télévisions passaient en boucle des images de villages obstrués par la neige accumulée.

A Rome, les services communaux effectuaient un contrôle dans les écoles pour s’assurer qu’il n’y aurait pas de problèmes à la reprise des cours lundi. Dans certaines écoles, la difficulté d’accès, les arbres abattus ou menaçants, avaient incité les responsables de la mairie à décréter des vacances improvisées pour des milliers d’élèves.

En France, la journée de dimanche a encore été glaciale sur la majeure partie du territoire. Dans plusieurs départements, notamment en Corse, des températures comprises entre -8 et -16 degrés ont été enregistrées.

Mais l’institut Météo France prévoit la fin de cette vague de froid, qui a fait au moins 14 morts, « en tout début de semaine » avec un retour à des températures positives.

Du nord au sud, les Allemands profitaient du week-end pour s’adonner à des sports de glace sur des lacs gelés. Un million de visiteurs s’étaient donné rendez-vous à Hambourg (nord) sur l’Aussenalster, un cours d’eau transformé en patinoire géante.

Les médias évoquaient un bilan d’au moins quatre morts en Allemagne depuis le début de la vague de froid.

Les records ont été battus en Belgique : quatorze jours consécutifs de températures négatives dans la banlieue de Bruxelles. Le plat pays n’avait plus connu une vague de froid de cette intensité depuis plus de 70 ans. En janvier 1941, la Belgique avait passé dix-sept jours en dessous de zéro.

Ailleurs en Europe, aucun nouveau mort n’a été officiellement recensé depuis 24 heures. L’Ukraine reste le pays où le bilan des décès est le plus lourd : au moins 135. Mais les autorités ont cessé de communiquer les chiffres il y a près d’une semaine.

En Pologne, les basses températures ont tué 82 personnes depuis le début de l’actuelle vague de froid. En Russie, 46 personnes ont péri depuis début février, 24 en Lituanie, 10 en Lettonie et une en Estonie.

Le froid a également fait au moins 30 morts en Bulgarie et 25 en République Tchèque. Seize personnes sont mortes en Hongrie, cinq en Slovaquie et cinq en Grèce.

Par ailleurs, la vague de froid qui touche la Tunisie depuis plus d’une semaine a fait cinq morts dans le nord-ouest et, en Algérie, le bilan s’élevait à une cinquantaine de décès.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×