Aufait Maroc

6e Forum mondial de l’eau à Marseille : En quête de solutions pour une eau accessible à tous

6e Forum mondial de l’eau à Marseille : En quête de solutions pour une eau accessible à tous
Dernière mise à jour le 12/03/2012 à 12:41

Quinze ans après le premier Forum mondial de l’eau tenu à Marrakech en 1997, Marseille accueille, du 12 au 17 mars, la 6e édition qui réunit quelque 2.000 personnes sur le thème “Le temps des solutions”. L’option prise avec un tel thème est claire, il s’agit de passer à l’action après cinq éditions de diagnostic et d’échanges sur les problématiques liées à l’eau.

Durant toute la 6e édition du Forum de l’eau, les participants –politiques, experts, élus, organisations non gouvernementales…-, débattront des solutions politiques, économiques, réglementaires, éducatives… Objectif: faire avancer le taux d’accès universel à l’eau potable et à l’assainissement.

Le 4e rapport ONU-Unesco sur l’eau présenté à l’ouverture du forum révèle l’ampleur du travail à faire. Selon l’étude, “seulement 60% des Africains ont accès à l’eau et 31% à des toilettes modernes”. Ces chiffres montrent que l’Afrique est le continent où l’accès à l’eau potable est encore limité.

96%

Au Maroc, la situation est bien meilleure. Le taux d’accès à l’eau potable est en moyenne de 96%, selon les chiffres de l’Office national de l’eau potable, c’est-à-dire un taux de 100% en milieu urbain et d’environ 92% en milieu rural.

Le véritable problème au Maroc concerne l’assainissement liquide. En effet, le raccordement au réseau n’est pas effectif dans la plupart des grandes villes. A Casablanca par exemple, le taux de raccordement au réseau d’assainissement liquide est de l’ordre de 85%.

Eaux usées: le problème

En 2011, quelque 600 millions de mètres cubes d’eau usée étaient déversés dans la nature sans traitement préalable. Pour juguler le problème, quelque 70 stations de traitement des eaux usées sont prévues au Maroc d’ici fin 2012.

Au Maroc, ce n’est pas l’accès à l’eau potable qui fait défaut, c’est plutôt la maîtrise de la ressource et son économie. Dans ce cadre, beaucoup d’activités sont menées au niveau politique mais également par la société civile. Par exemple, le Salon international des technologies de l’eau et de l’assainissement (Siteau), qui se tient chaque année dans le Royaume, illustre bien la quête de solutions à la question de l’eau.

Organisé par l’Alliance Maghreb Machrek pour l’Eau (ALMAE) et la Chaire Unesco interdisciplinaire pour une gestion durable de l’eau, le Siteau 2012 s’est tenu du 2 au 5 février dernier à Casablanca avec comme thème “Entreprise durable, eau, énergie et assainissement”.

“L’eau est un métier et peut contribuer au développement du pays. Comment faire de l’eau un atout et non une contrainte, c’est le message que nous diffuserons aux acteurs du secteur.”

Houria Tazi Sadeq, présidente de l’ALMAE.

L’objectif du Siteau 2012 a été de “montrer que l’eau est une source de richesse, de développement de l’économie verte, de création d’entreprises et d’emplois”, et “encourager les entreprises à adhérer à la notion de durabilité”.

Sous cet angle, son thème colle bien avec celui du 6e Forum mondial de l’eau, “Le temps de solutions”, c’est à travers des initiatives du genre qu’émerge les grandes solutions.

Grand Prix Mondial Hassan II pour l’eau

Le Grand Prix Mondial Hassan II pour l’eau pour 2012 a été remis lundi à l’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS), au cours de la cérémonie d’inauguration du 6e Forum Mondial de l’eau, en présence notamment de plusieurs chefs d’État de gouvernement dont Abdelilah Benkirane. Cet observatoire est un cadre de partenariat Sud-Sud qui accorde un intérêt particulier à la question de l’eau et de la dégradation du sol, notamment en ce qui concerne la gestion du Système aquifère du Sahara Septentrional (Sass), un système relatif à l’exploitation des ressources souterraines en eau partagées par la Tunisie, l’Algérie et la Libye. Le Grand Prix Mondial Hassan II pour l’eau pour 2012 est doté de 100.000 dollars US.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

L’agenda