Aufait Maroc

Plaidoyer à Mohammedia pour la promotion d’une culture de consommation saine

Plaidoyer à Mohammedia pour la promotion d’une culture de consommation saine
Dernière mise à jour le 15/03/2012 à 14:52

Les intervenants à un débat organisé jeudi à Mohammedia sur les droits du consommateur ont souligné l’importance de la sensibilisation pour la promotion d’une culture de consommation saine.

Réunis lors d’une rencontre-débat organisée par la délégation du ministère de l’Industrie, du Commerce et des nouvelles technologies à l’occasion de la célébration de la journée internationale des droits du consommateur et des journées nationales du consommateur, placées cette année sous le thème « l’information, la rétractation et le choix : droits garantis au consommateur », les intervenants ont estimé que la protection du consommateur n’est pas seulement tributaire des textes de loi mais aussi d’une implication réelle de tous les acteurs dans l’acte de produire et de consommer y compris le consommateur lui-même.

C’est d’ailleurs l’avis de Mme Amina Ayouch, déléguée à Mohammedia du ministère de l’Industrie, du Commerce et des nouvelles technologies, qui a souligné que la sensibilisation représente un axe fondamental dans la stratégie du ministère, outre le renforcement du cadre juridique, la consolidation du cadre institutionnel ainsi que l’appui au consumérisme.

Sur le volet juridique, elle a d’emblée indiqué que la protection du consommateur a été renforcée par de nouveaux textes juridiques ainsi que la mise en place de mécanismes garantissant cet objectif, soulignant tout particulièrement l’apport et la portée de la loi 31-08, publiée en avril 2011dans le Bulletin officiel et qui a été conçue en concertation avec le mouvement consumériste, les structures représentatives des opérateurs économiques, des universitaires ainsi que les ministères concernés.

Parmi les principaux apports de cette loi, elle a cité entre autres, l’obligation d’informer le consommateur par le fournisseur de produits ou de services avant la conclusion du contrat, la protection des intérêts économiques du consommateur en ce qui concerne les clauses abusives, la réglementation de certaines pratiques commerciales utilisées par le fournisseur (démarchage, loteries publicitaires, vente à distance) ou encore la lutte contre le surendettement des consommateurs, à travers la réglementation du crédit à la consommation et du crédit immobilier.

A cela s’ajoutent, le renforcement et le développement du rôle du mouvement consumériste dans la défense et la représentation des consommateurs, la consolidation du cadre institutionnel de protection du consommateur par la création du Conseil Supérieur de la Consommation ainsi que la mise en place du Fonds National pour la Protection du Consommateur.

Un Fonds dédié aux associations de protection des consommateurs qui va apporter un appui financier aux actions programmées et réalisées par les associations dans le cadre de contrats programmes engageant les associations et les pouvoirs publics.

Un appui au tissu associatif et un cadre juridique adapté dont s’est d’emblée félicité le président de l’association de protection du consommateur à Mohammedia, Saïd Bahlaoui qui a mis en avant le rôle des associations dans la sensibilisation, l’éducation et la représentation du consommateur.

Des associations qui ?uvrent un peu partout dans les différentes régions du pays pour garantir une meilleure satisfaction des consommateurs et le respect de leurs droits, a-t-il dit, soutenant que cette action pour la défense du consommateur se doit de rester toujours en phase avec les évolutions incessantes dans les modes de consommation et l’extension des espaces commerciales.

Mais pour bien réussir une meilleure protection, M. Bahlaoui qui est également conseiller à la Commune Urbaine de Mohammedia, insiste sur la vigilance et la responsabilité du consommateur qui ne doit pas rester passif, voire résigné mais se doit d’être engagé réellement dans cette ?uvre de protection en étant la fois consommateur et acteur.

Les autres intervenants, notamment les représentants de certaines unités industrielles ont, tour à tour, mis en avant leur attachement à une démarche qualité en phase avec les exigences des consommateurs, insistant sur le respect de la traçabilité du produit.

Ils ont, à ce propos, indiqué que la majorité des entreprises disposent de lignes téléphoniques et autres moyens de communication pour recueillir les réclamations et les remarques des consommateurs de leurs produits.

La journée internationale des droits du consommateur est célébrée depuis 1983 dans le monde le 15 mars de chaque année alors que le mouvement consumériste au Maroc qui compte une quarantaine d’associations de protection du consommateur, est actif depuis 1993.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×