Aufait Maroc

Dounia, la jeune étoile des Batma qui brille à Beyrouth en quête du Graal arabe

Dounia, la jeune étoile des Batma qui brille à Beyrouth en quête du Graal arabe
Dernière mise à jour le 21/03/2012 à 13:26

Quand elle avait exécuté, dés son très jeune âge, « ktir ma galou fia », Dounia Batma ne savait pas à cette époque qu’elle sera propulsée en professionnelle du chant, dans le plus prestigieux programme télévisé du monde arabe « Arab Idol ».

Enfant de la balle, formée à bonne école dans une famille d’artistes (compositeurs, musiciens et chanteurs), ce rossignol marocain va tenter de marquer d’une pierre blanche le monde arabe en s’adjugeant l’ultime étape du concours télévisuel de la chaîne MBC.

Dounia, qui désire ardemment s’offrir le meilleur cadeau d’anniversaire pour ses 20 bougies (1er avril), a survolé les éliminatoires marocaines avant d’aller porter son art, d’émerveiller le public arabe et surtout de séduire le plus normalement du monde par sa voix, son chant juste et sa maîtrise, le jury.

Le long des péripéties de ce concours, elle n’a jamais frôlé la zone de turbulence et de l’élimination. Elle était de loin la super star, l’intouchable, celle qui se porte comme un charme à chacun de ses passages sur scène.

Cette descendante des Batma, qui ont marqué de leur empreinte la chanson marocaine particulièrement ghiwanie, a subjugué le Machreq Arabe en exécutant magistralement tous les genres, passant sans encombre ni accents de « l’astre d’Orient » Oum Kaltoum, du chanteur compositeur et luthiste Mohamed Abdelwahab, aux autres grands noms des chansons du Golfe.

Son élégance dans l’interprétation lui a valu le respect et atteste de la richesse artistique de Dounia qui a su non seulement choisir les chansons, mais y a apporté un plus avec sa touche personnelle, a jugé le Libanais Raghib Alama, membre du jury.

Cette culture n’est pas uniquement le fruit du simple legs familial. Elle a puisé dans le fin fond d’elle-même cette énergie et détermination à devenir une star.

Son amour du public lui a fait oublier la déception de son élimination à domicile au concours télévisuel Studio 2M en 2010. Au contraire, cette sortie n’avait que motivé davantage son ambition, son obstination à poursuivre sa voie.

Déjà, la renommée acquise à Beyrouth a obligé les sociétés de production à se presser au portillon même en cas de non victoire finale. Le site électronique officiel d’Arab Idol ne tarit pas non plus d’éloges sur ce « rossignol venu du Maroc » qui, loin des scènes, meuble son temps en pratiquant la natation, la lecture et l’équitation.

Lors de l’ultime étape, Dounia puisera dans le large répertoire arabe en interprétant des chansons du Saoudien Talal Maddah et d’Oum Kaltoum, avant de clôturer son show avec la légendaire « ‘Marsoul Al Hob » (le messager de l’amour) du doyen Abdelouhab Doukkali qui a inscrit les plus belles pages de l’histoire de la chanson marocaine.

A lire aussi...

Annonces immobilières

Louez, achetez et vendez grâce à la plus large offre immobilière au Maroc.

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

* Ce champs est obligatoire

×