Aufait Maroc

Edito : La défense des libertés et droits

Edito : La défense des libertés et droits
Dernière mise à jour le 12/04/2012 à 17:02

Il ne faut jamais désespérer de la société marocaine, malgré les essoufflements  des uns ou des autres. Le mouvement du 20 Février n’est plus aujourd’hui qu’une ride de notre histoire qui s’efface de plus en plus de notre mémoire. On aurait pu penser que la fraîcheur de leurs revendications, que personne n’osait crier en public, allait tomber dans l’oubli. Mais heureusement la société civile marocaine est là avec sa diversité et ses forces démocratiques. Nous saluons aujourd’hui la naissance d’un Front de défense des libertés et des droits.

Ce Front des libertés compte déjà parmi les premiers signataires, le PADS (le parti de l’avant-garde démocratique et socialiste), l’USFP, le PSU, le PCNU (le parti du congrès national de l’union), le syndicat CDT, le Forum marocain justice et vérité, l’AMDH. Pour plus de crédibilité, ce premier noyau devra faire adhérer l’ensemble de la société civile éprise de libertés, de respect des droits humains, d’égalité entre les genres, du droit des minorités.

Face à un raidissement évident du PJD que l’on peut percevoir dans les dernières décisions sur les médias nationaux, les critiques virulentes des publicités pour les jeux, les sorties sur le tourisme, les hésitations dans la condamnation de l’article 475 sur le viol, les remontrances contre Al Massae, l’usage plus fréquent des interventions musclées des forces de l’ordre, la naissance de ce front est devenue plus que nécessaire.

Pour la réussite de ce mouvement, il est impératif qu’aucun de ses membres ne cherche à l’utiliser que pour la mise en œuvre de sa ligne politique au détriment de l’universalité des valeurs qu’il est censé défendre.

Un seul objectif doit réunir l’ensemble de la société civile qui devra y participer: la défense des libertés et droits.

A lire aussi...