Aufait Maroc

Thaksin évoque un retour en Thaïlande devant des milliers de partisans

Thaksin évoque un retour en Thaïlande devant des milliers de partisans
Dernière mise à jour le 14/04/2012 à 14:20

L’ancien Premier ministre thaïlandais en exil Thaksin Shinawatra a assuré devant des milliers de partisans réunis au Cambodge voir des « signes de réconciliation » dans son pays profondément divisé où il envisage de rentrer bientôt.

« Il y a des signes de réconciliation. Tout le monde la veut (…) Il y a des signes (montrant) que je pourrai rentrer à la maison pour rester avec vous », a-t-il déclaré lors du premier rassemblement important auquel il assistait depuis le coup d’Etat qui l’a chassé du pouvoir en 2006.

Il a notamment évoqué des anniversaires royaux faisant de cette année « un moment propice ».

Thaksin, qui demeure la personnalité politique à la fois la plus haïe et la plus adulée de Thaïlande, avait indiqué il y a quelques jours par vidéoconférence à ses partisans qu’il espérait rentrer au pays cette année.

Un important dispositif de sécurité avait été déployé pour cet événement qui a rassemblé jusqu’à 30.000 personnes, selon Bun Tharith, gouverneur adjoint de la province de Siem Reap, plus connue pour les temples d’Angkor.

Selon une journaliste de l’AFP sur place, le nombre de ses partisans, dont certains portaient des banderoles « nous voulons Thaksin à la maison », était proche de 10.000.

L’ancien magnat des télécommunications, dont la soeur est devenue Premier ministre en août dernier et qui est accusé par ses adversaires de diriger le gouvernement à distance, vit en exil pour échapper à une peine de deux ans de prison pour malversations financières.

L’opposition accuse depuis quelques mois sa soeur de comploter pour son retour tout en lui évitant de purger sa peine.

Autour de lui se cristallise une profonde division politique et sociétale, entre les masses défavorisées du Nord et du Nord-Est qui lui sont pour la plupart fidèles, et les élites de Bangkok –armée, magistrats, hauts fonctionnaires– autour du palais royal, qui le haïssent.

Les « chemises rouges » fidèles à Thaksin avaient paralysé Bangkok pendant deux mois au printemps 2010 pour faire chuter le gouvernement de l’époque. La crise, la plus violente qu’ait connue la Thaïlande moderne, avait fait 90 morts et plus de 1.900 blessés.

Le fait qu’il ait choisi de s’exprimer à Siem Reap n’est pas innocent, Thaksin étant depuis longtemps proche du Premier ministre cambodgien Hun Sen.

A lire aussi...

Annonces immobilières

Louez, achetez et vendez grâce à la plus large offre immobilière au Maroc.

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

* Ce champs est obligatoire

×