Aufait Maroc

Les inventeurs se retrouvent au Salon international des inventions à Genève

Les inventeurs se retrouvent au Salon international des inventions à Genève
Dernière mise à jour le 19/04/2012 à 7:32

Près de 800 exposants « geotrouvetou » ou professeurs Tournesol des temps modernes se retrouvent cette année au 40ème Salon international des inventions de Genève, avec robots anti-incendie, protections wifi et autres produits miracle, dans l’espoir de séduire des investisseurs.

Au total, les 1.000 inventions présentées à Genève du 18 au 22 avril sont classées en 21 catégories, telles que la mécanique, l’outillage, les appareils médicaux, ou les arts ménagers, ont annoncé mercredi les organisateurs.

Parmi celles annoncées pour cette année figurent un système permettant de garer rapidement sa voiture, via une manoeuvre automatique des roues arrières, un appareil à fréquences multiples pour repousser les mites, souris, cafards et chiens errants, un dispositif pour annoncer l’heure de la prière pour les Musulmans destiné aux espaces publics, un produit empêchant un chien de mordre, un séchoir pour chaussettes ultra rapide, ou un simulateur de golf ultra-performant.

Pour les inventeurs, qui viennent de 46 pays, se rendre à Genève représente un gros investissement. Il faut d’abord faire breveter son invention, ce qui revient cher, puis ensuite prendre un stand et séjourner 5 jours en Suisse, dans l’espoir de trouver un financier, car « l’auteur d’une invention n’a qu’une seule et unique préoccupation, la commercialiser ».

Chaque année, des licences pour un montant supérieur à 45 millions USD (34,2 millions d’euros) se négocient à ce salon. « Tous les ans, nous avons des exemples d’hommes d’affaires qui veulent investir dans des inventions, et qui ont un coup de foudre pour un produit. En parlant avec l’inventeur, ils décident de l’aider financièrement à commercialiser son invention, nous en connaissons plus d’un qui ne le regrette pas aujourd’hui », a indiqué Jean-Luc Vincent, fondateur et président du Salon des inventions de Genève.

Remporter un prix au Salon international international des inventions de Genève, ou simplement y participer, est une bonne façon de devenir rapidement millionnaire, grâce à la commercialisation du produit miracle.

« Mircea Tudor, un Roumain inventeur du Roboscan, un scanner géant construit sur un camion, est devenu millionnaire en 6 mois, après avoir remporté le Grand Prix du Salon de Genève en 2009″, a expliqué M. Vincent.

« Grâce au Salon de Genève, il a fait fortune en vendant son camion aux services douaniers de nombreux pays », a-t-il dit. Avec cette invention, les douaniers peuvent scanner en un clin d’oeil le contenu d’un camion, sur le principe d’un scanner médical.

Il y a quelques années, une femme australienne, qui est venue présenter à Genève son coussin de voyage gonflable, a également fait fortune. Son invention se retrouve partout dans le monde, dans toutes les boutiques d’articles de voyage ou dans les aéroports.

A Genève, 45% des inventions présentées au Salon font l’objet de contrats de licence.

Ainsi, le cordon de lumière souple pour les enseignes et les décorations, la machine à traduire simultanément les chants d’opéra en les projetant au dessus de la scène, les bouées gonflables, qui s’enfilent sur les bras des enfants, ou le siège pour handicapés adaptable aux mains courantes des escaliers, sont autant d’inventions qui se sont fait connaître au Salon de Genève.

Les inventions ne peuvent être présentées qu’une seule fois à Genève, ce qui fait que chaque année, il n’y a que des nouveautés.

Cette année, le Salon accueille 789 exposants venus de 46 pays. 15% des exposants sont des inventeurs indépendants et 85% travaillent pour des entreprises, instituts de recherche et universités.

Le Salon attend 60.000 visiteurs, dont plus de la moitié sont des industriels et hommes d’affaires à la recherche d’inventions et de produits nouveaux à commercialiser.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×