Aufait Maroc

Affaire des écoutes en Grande-Bretagne : Murdoch bientôt convoqué par une commission

Affaire des écoutes en Grande-Bretagne: Murdoch bientôt convoqué par une commission
Dernière mise à jour le 20/04/2012 à 17:03

Le magnat des médias Rupert Murdoch et son fils James seront entendus la semaine prochaine par une commission sur les pratiques des médias mise en place par le gouvernement britannique après le scandale des écoutes au tabloïd News of the World, a annoncé cette commission jeudi.

Rupert Murdoch, président et fondateur de l’empire News Corp. qui possédait News of the World jusqu’à sa fermeture en juillet, sera interrogé le mercredi 25 et probablement le jeudi 26 avril.

Son fils James, qui a démissionné fin février de News International, division britannique du groupe News Corp, comparaîtra quant à lui le mardi 24 avril.

Evgueni Lebedev, propriétaire russe des journaux britanniques The Independent et London’s Evening Standard, ainsi qu’Aidan Barclay, qui possède le Daily Telegraph, seront eux entendus le lundi 23 avril.

Depuis novembre, la commission auditionne une série de témoins: des stars et des victimes qui dénoncent les pratiques de tabloïds prêts à tout pour un scoop, mais aussi des responsables de presse.

Instaurée l’été dernier par le Premier ministre britannique David Cameron, elle est chargée de faire la lumière sur le scandale des écoutes téléphoniques au sein de News of the World et sur les modes opératoires des médias en général. Elle doit formuler d’ici à la fin de l’année des recommandations pour empêcher de nouvelles dérives.

Rupert Murdoch, américain d’origine australienne, et son fils James, britannique, ont déjà été interrogés l’an dernier dans cette même affaire par la commission des médias de la chambre des Communes, chambre basse du Parlement britannique. Ils avaient plaidé non coupable.

Le News of the World, ex-fleuron du groupe Murdoch engagé dans une course aux scoops, est soupçonné par la police d’avoir fait écouter jusqu’à 800 personnes au début des années 2000, des personnalités et de simples citoyens au coeur de l’actualité.

Ce scandale, dont l’ampleur a éclaté l’été dernier, a ébranlé le monde politique, la police et les médias au Royaume-Uni. Il a provoqué la fermeture de News of the World, décidé par Rupert Murdoch, et s’est traduit par l’interpellation de personnalités dont l’ancien directeur de la communication du Premier ministre et ex-rédacteur en chef du tabloïd, Andy Coulson.

Il a aussi coûté cher au groupe Murdoch, contraint de verser plus de 79 millions de livres (96 millions d’euros ou 126 millions de dollars) pour indemniser des dizaines de victimes, dont l’acteur Jude Law et le footballeur Ashley Cole.

La commission présidée par Brian Leveson, l’un des juges les plus hauts placés du Royaume-Uni, est composée de six membres dont un militant des droits de l’homme, un haut responsable de la police, deux journalistes et un ancien président du Financial Times.

L’enjeu est particulièrement important pour les tabloïds, qui représentent à eux seuls deux tiers environ du tirage quotidien de la presse nationale. En donnant du grain à moudre à ceux qui réclament de nouvelles règles du jeu, cette introspection collective exerce une pression sur une profession opposée à la remise en cause du principe d’autorégulation en vigueur au Royaume-Uni.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

L’agenda