Aufait Maroc

Célébration du sixième mariage du président sud-africain

Célébration du sixième mariage du président sud-africain
Dernière mise à jour le 22/04/2012 à 13:36

Les sixièmes noces du président sud-africain Jacob Zuma se sont poursuivies samedi pour la deuxième journée consécutive dans son village natal de l’est du pays, une cérémonie marquée par la tradition zouloue.

Le chef de l’Etat polygame malgré ses 70 ans avait formalisé vendredi sa relation de longue date avec Bongi Ngema au milieu de danses et chants, vêtu de peaux de léopard, brandissant un bouclier et entouré d’hommes dans la même tenue de guerriers.

Samedi, la nouvelle épouse a, conformément à la tradition, offert des cadeaux à la famille de son mari.

La veille, la présidence avait officiellement annoncé que le mariage avait eu lieu au domicile du président Zuma dans son village de Nkandla, au KwaZulu-Natal, une province de l’est. La présidence a précisé qu’ils avaient un fils âgé de sept ans.

Une réception à l’occidentale avait suivi dans la soirée autour d’une pièce montée.

Bongi Ngema, dont l’âge exact n’est pas précisé, dirige une fondation contre le diabète. Titulaire de plusieurs diplômes, notamment de gestion, elle avait accompagné le président au sommet du G20 l’an dernier en Corée du Sud.

Il s’agit du troisième mariage du président sud-africain en un peu plus de quatre ans, son second depuis son élection en 2009, et son sixième au total.

M. Zuma, qui aurait une vingtaine d’enfants, a divorcé en 1998 de Nkosazana Dlamini-Zuma, actuelle candidate de l’Afrique du Sud à la présidence de la Commission de l’Union africaine (UA). Une autre de ses épouses, Kate, s’est suicidée en 2000.

Les aventures féminines du président ont souvent défrayé la chronique. En 2006, accusé de viol après avoir eu des relations sexuelles consenties avec une amie et militante séropositive, M. Zuma avait été acquitté. Il avait notamment déclaré à la cour avoir pris une douche pour se protéger du virus VIH.

Quand on lui a demandé, la semaine dernière, à sa fête d’anniversaire, s’il en avait fini avec les mariages, Jacob Zuma a répondu: « je pense que oui ».

En Afrique du Sud, deux systèmes légaux se superposent: le droit commun ne permet qu’un mariage et le droit coutumier autorise la polygamie.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

L’agenda