Aufait Maroc

5e congrès national du RNI : Un test pour les rapports de force au sein du parti

5e congrès national du RNI : Un test pour les rapports de force au sein du parti
Dernière mise à jour le 22/04/2012 à 10:32

Alors que la présidence et des membres du comité exécutif estiment que les préparatifs du 5e congrès du RNI se déroulent dans des conditions normales et préconisent son organisation à la date fixée (27 au 29 avril), un autre courant au sein de cette formation politique souligne l’illégalité du comité préparatoire car la démarche adoptée pour sa constitution n’a pas respecté les procédures stipulées dans le statut du parti.

Dans ce cadre, le secrétaire général du RNI, Salaheddine Mezouar a réaffirmé, en marge de la réunion mercredi dernier du bureau exécutif du parti, que ce 5e congrès se tiendra comme prévu, qualifiant les divergences que connaît actuellement sa formation politique de mouvement positif qui reflète la dynamique et le climat qui règne au sein du parti.

Dans une déclaration à la MAP, M. Mezouar a relevé que 73 congrès provinciaux ont été organisés, ajoutant que ces réunions marquées par un débat franc et ouvert ont été sanctionnées par des propositions positives concernant le congrès national.

Salaheddine Mezouar a, d’autre part, expliqué que le statut du parti prévoit que seul le bureau exécutif est habilité à décider du report ou non du congrès sur la base de raisons objectives.

Décisions unilatérales?

Répondant à une question sur sa candidature pour un deuxième mandat à la tête du RNI, M. Mezaour a expliqué que la période qu’il a passée aux commandes du parti n’a pas dépassé les 2 ans qui ont été marqués par des circonstances particulières, estimant qu’il reste nombre de questions sur lesquelles il faudra se pencher.

Evoquant les critiques dont il fait l’objet au sujet de “prises de décisions unilatérales”, en particulier le choix de rejoindre l’opposition, M. Mezouar a expliqué que cette décision a été prise à l’unanimité par le bureau exécutif sur la base d’une lecture politique claire de la conjoncture actuelle.

Pour sa part, le président du comité préparatoire, Mohamed Abbou, a indiqué que plusieurs documents, dont le projet de statut du parti, ont été adressées pour examen dans le cadre de commissions ad-hoc aux représentations provinciales et régionales du parti. Il a relevé que les congressistes devraient notamment débattre du document relatif à l’identité du parti et à son programme en perspective des prochaines échéances électorales communales.

Le comité préparatoire critiqué

Dans une déclaration similaire, Mohamed Drina, membre du comité central du parti, a critiqué la démarche adoptée pour le choix des membres du comité préparatoire, la qualifiant de non démocratique. Il a relevé que l’article 20 du statut du parti stipule que les critères d’élection des congressistes sont définis par le bureau exécutif qui les soumet au comité central pour examen et adoption. Une procédure qui n’a pas été respectée, a-t-il dit.

Enfin, les divergences que connaît le parti de la Colombe au sujet de la tenue de son congrès national trouve son origine dans la course à la présidence que peut occuper, pour la première fois de l’histoire du parti, une figure féminine, Mbarka Bouîda, qui, selon certains organes de presse, serait candidate à la présidence.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

* Ce champs est obligatoire

×