Aufait Maroc

Point de vue : Les petits ruisseaux d’Alger et de Rabat…

Point de vue : Les petits ruisseaux d’Alger et de Rabat…
Dernière mise à jour le 23/04/2012 à 16:08

À défaut de rouvrir d’un coup la frontière maroco-algérienne fermée depuis 1994, Alger et Rabat semblent appliquer le proverbe qui dit: “les petits ruisseaux font les grandes rivières”, en procédant par la signature de conventions entre ministères des deux pays.

En visite depuis dimanche à Alger sur invitation de son homologue algérien Boubker Benbouzid, le ministre de l’Education nationale, Mohammed El Ouafa, va signer, ce mardi, un mémorandum sur la coopération dans le domaine de l’éducation et de la formation.

Ce mémorandum a été précédé, il y a plus d’un mois, d’une convention de partenariat entre la MAP et l’APS, l’agence de presse algérienne, sous la houlette des ministres de la Communication des deux pays.

En amont de ces conventions, le ministre des Affaires étrangères, Saad Dine El Otmani avait réservé sa première visite au Maghreb à son homologue algérien, Mourad Medelci. Le 25 avril 2011, durant le Salon international de l’agriculture du Maroc, le ministre algérien de l’Agriculture et du développement rural, Rachid Benaïssa, avait signé un protocole d’accord pour la mise en œuvre d’une agriculture commune entre le Maroc et l’Algérie.

Toutes ces conventions ministérielles et autres mémorandum, s’ils sont appliqués concrètement, peuvent aboutir naturellement à la réouverture de la frontière maroco-algérienne. Car s’il y a coopération sectorielle dans les différents domaines de développement entre les deux pays, à quoi bon maintenir la frontière commune fermée, vu que son ouverture ne ferait que faciliter le flux des échanges?

On serait tenté de croire que Rabat et Alger sont en train de creuser le lit de la grande rivière qu’a toujours été la coopération sans ambages entre l’Algérie et le Maroc avant la fermeture de leur frontière, à travers les petits ruisseaux de la coopération ministérielle.

Après les actes diplomatiques posés entre les deux pays depuis le début de l’année, les conventions ont suivi, il ne reste plus qu’à transposer ce qui est écrit sur le papier et dûment signé, en actions concrètes qui se répercuteraient sur le quotidien des citoyens des deux pays. Ce serait une autre manière de contourner le problème du Sahara qui oppose l’Algérie au Maroc, dont la solution passerait peut-être par une coopération sans faille sur tous les domaines de développement entre les deux pays.

A lire aussi...

Annonces immobilières

Louez, achetez et vendez grâce à la plus large offre immobilière au Maroc.

Retrouvez-nous sur Facebook

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l'essentiel de l'actualité nationale et mondiale.

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

×