Aufait Maroc

Le président tunisien Marzouki surpris par un baisemain au marché

Le président tunisien Marzouki surpris par un baisemain au marché
Dernière mise à jour le 26/04/2012 à 18:53

Le président tunisien Moncef Marzouki, a fait face jeudi à un événement inédit dans la Tunisie post-révolution, un baisemain lors d’une visite au marché de gros près de Tunis, une séquence supprimée de la page facebook de la présidence.

La séquence dans laquelle deux marchands se penchaient pour baiser la main du président au moment où il passait près d’eux, a rapidement circulé sur internet avant d’être supprimée de la page Facebook de la présidence.

Visiblement gêné, M. Marzouki a essayé de retirer sa main pour serrer celles des marchands qui se bousculaient autour de lui criant « vive la révolution » au marché de Bir El Kasaa (25 km au sud de Tunis).

« Nous avons décidé de retirer ces images pour lever toute équivoque, alors que nous essayons d’instaurer une nouvelle relation entre le pouvoir et les citoyens. Une relation basée sur la dignité, un des acquis de la révolution », lisait-on sur la page de la présidence.

Les accueils dit « populaires » qui mobilisaient des milliers de personnes étaient légion sous le règne du président déchu Zine El Abidine Ben Ali et suscitaient en privé les grincements de dents des téléspectateurs.

« Le mal est en nous! », réagissait un des nombreux commentateurs sur le réseau social. « Rien n’y fait (…) les habitudes ont la peau dure (…) les Tunisiens ont été élevés dans l’hypocrisie et la flagornerie », ironisait un autre.

Certains se sont élevés contre la présentation comme « visite inopinée », qui rappelle des visites organisées sous le règne de Ben Ali.

Selon la présidence, M. Marzouki s’est rendu à l’improviste au marché de gros des légumes et fruits, dont les prix connaissent une flambée sans précédent.

La presse relevait récemment que le président Marzouki est le personnage le plus caricaturé en Tunisie, alors que tout semblant de critique à l’égard de son prédécesseur était hasardeux, voire suicidaire.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×