Aufait Maroc

Seules 7 entreprises opérant dans le secteur agro-alimentaire sont cotées en bourse

Seules 7 entreprises opérant dans le secteur agro-alimentaire sont cotées en bourse
Dernière mise à jour le 26/04/2012 à 9:59

Meknès, 26 avr. 2012 (MAP) – La présence pour la première fois de la Bourse de Casablanca à la 7ème édition du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM 2012) rentre dans le cadre de la politique de séduction des entreprises agricoles, dont seulement sept sont cotées en bourse, a déclaré le directeur général de la Bourse, Karim Hajji.

« Il faut savoir qu’à ce jour, seules 7 entreprises qui opèrent dans le secteur agroalimentaire sont cotées à la Bourse de Casablanca avec une capitalisation boursière qui s’élève à environ 25 milliards de dirhams, soit près de 5 pc de la capitalisation globale. Ce qui est très peu en comparaison avec le potentiel du secteur dans l’économie marocaine », a précisé M. Hajji dans un entretien à la MAP.

La bourse de Casablanca participe à ce salon dans le but d’accompagner le secteur agricole dans sa croissance et son développent, à travers l’instauration d’une relation de proximité avec les entreprises exposantes, avec pour objectif majeur d’accompagner les entreprises éligibles à la cotation en bourse en leur expliquant les différentes opportunités que leur offre le marché boursier, qui constitue un « acteur fort » dans le processus de développement économique du Royaume, a-t-il expliqué.

Et de rappeler que la croissance de l’économie marocaine reste très liée à celle du secteur agricole, ajoutant que ce dernier contribue à hauteur de 15 à 20 pc au PIB national, et assure l’emploi de 40 pc de la population active.

Cette place de choix qu’occupe le secteur agricole, a-t-il poursuivi, a suscité le déploiement de nombreux efforts pour le développement de ce secteur notamment l’ambitieux Plan Maroc Vert, chose qui rend indispensable le rôle de la bourse de Casablanca.

En tant que levier important de l’économie du pays, la bourse peut mettre à la disposition des entreprises du secteur les fonds nécessaires à leur développement, que ce soit à travers une introduction, ou à travers le recours à des opérations sur le marché, notamment les emprunts obligataires côtés, a-t-il assuré.

De ce fait, la stratégie adoptée par le marché boursier national consiste à l’établissement d’un contact personnalisé avec les entreprises qui remplissent les conditions d’une cotation en bourse.

Les entreprises qui opèrent dans le secteur agricole sont approchées au même titre que les entreprises qui travaillent dans d’autres secteurs, a précisé M.

Hajji, qui rappelle dans ce cadre les incitations à l’introduction en bourse, mises en place en juin 2011.

Et d’ajouter que la bourse de Casablanca s’appuie de plus en plus sur la technique de prospection afin d’attirer plus d’entreprise à la cote, ce qui signifie plus de papier, plus d’investissement et par conséquent un marché dynamique.

Par ailleurs, M. Hajji a indiqué que des études ont montré que les sociétés cotées créent plus d’emplois et connaissent un taux de croissance plus élevé que les sociétés non cotées.

En d’autres termes, « les entreprises cotées sont plus performantes et perçues comme ayant atteint une dimension économique et financière qui leur permet de se situer dans une classe de risque inferieure à celles des sociétés non cotées », a-t-il expliqué.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×