Aufait Maroc

Birmanie : un trésor caché de greens et une histoire centenaire

Birmanie: un trésor caché de greens et une histoire centenaire
Dernière mise à jour le 27/04/2012 à 8:55

L’ouverture politique en Birmanie, qui a permis l’élection au Parlement de l’opposante et prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi, a aussi révélé aux amoureux de golf un impressionnant patrimoine fait de magnifiques parcours (80 en tout) et d’une histoire centenaire.

« Les gens ne savent pas que nous possédons une si belle culture de golf et combien ce sport était populaire en Birmanie », a expliqué le président du circuit asiatique et ancien bon joueur lui-même, le Birman Kyi Hla Han.

« Il existe beaucoup de parcours publics, comme en Ecosse ou en Australie, a renchéri M. Han, président de la PGA Asie depuis 2006. Vous n’avez même pas besoin d’être membre, vous payez et vous pouvez jouer tout de suite! »

Arrivé dans les bagages des Britanniques à la fin du 19e siècle -la Birmanie avait été offerte en cadeau du Nouvel an à la Reine Victoria en 1886-, le golf n’a jamais cessé de se développer. Après l’indépendance en 1948, les militaires, qui dirigent le pays depuis 1962, ont réservé sa pratique à l’élite politique, économique et aux visiteurs de marque.

Enorme potentiel

L’Open de Birmanie, reconnu par le PGA d’Asie, existe depuis 1996 et a attiré 144 joueurs, dont une vingtaine d’Américains et d’Australiens de second rang lors de la dernière édition en février. Kyi Hla Han espère que l’ouverture politique va séduire de nouveaux investisseurs y compris dans la construction de nouveaux golf-resorts, ce qui entraînera l’augmentation des dotations et donnera davantage l’occasion aux joueurs locaux de se mesurer aux golfeurs internationaux.

« C’est une très bonne nouvelle que le pays s’ouvre aux affaires et je pense que lorsque l’économie ira mieux et que beaucoup de personnes de la classe moyenne pourront se payer l’entrée (5 dollars), ils se mettront » à ce sport, a assuré l’homme fort du golf asiatique.

« On a toujours joué au golf ici lors des 100 dernières années, contrairement au Vietnam, au Cambodge ou même à la Chine. Alors, il existe un énorme potentiel », a ajouté M. Han en faisant allusion à l’explosion de ce sport dans les autres pays de la région.

La PGA Asie a d’ailleurs créé une nouvelle compétition, le circuit de l’ASEAN, qui comprend huit tournois disputés dans huit des dix pays membres de l’Association des pays du Sud-est asiatique, et dont le coup d’envoi (3-6 mai) aura lieu à Luang Phrabang, ancienne capitale royale du Laos et classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Il s’agit d’une première compétition officielle de golf organisée dans ce petit pays communiste, ancien protectorat de la France.

L’exemple Woods

L’engouement récent pour la petite balle blanche en Asie du Sud-est remonte aux années de gloire de l’Américain Tiger Woods, dont la mère est thaïlandaise. L’homme aux 14 trophées en Grand Chelem a même eu droit à un feuilleton quotidien sur les chaînes de télévision en langue anglaise de la région.

Le coup d’éclat du Sud-Coréen Yang Yong-eun, vainqueur du Championnat PGA avec trois coups d’avance sur Woods en 2006, combiné à l’excellence de la gente féminine qui domine le classement mondial, ont fini par installer définitivement le golf comme sport majeur en Asie.

Du coup, Kyi Hla Han compte bien s’engouffrer dans cette brèche pour redonner du lustre à la discipline dans son pays natal. « Nous avons déjà l’Open de Birmanie et nous espérons lui donner plus d’importance l’année prochaine, a-t-il souligné. Je pense qu’il va encore se développer avec le soutien des hommes d’affaires locaux et internationaux. »

A lire aussi...

Annonces immobilières

Louez, achetez et vendez grâce à la plus large offre immobilière au Maroc.

Retrouvez-nous sur Facebook

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l'essentiel de l'actualité nationale et mondiale.

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

×