Aufait Maroc

Edito : Industrie, nécessité absolue

Edito : Industrie, nécessité absolue
Dernière mise à jour le 01/05/2012 à 16:28

Le modèle économique qui a prévalu durant cette dernière décennie est basé sur la consommation intérieure. Ainsi, la consommation finale contribue à 67% de la croissance du PIB, l’investissement à 46% et le déficit de notre balance commerciale a un impact négatif de -13%. Ce modèle a permis, à ce jour, de résorber en moyenne 156.000 emplois nouveaux par an.

Du fait de la pyramide des âges, par rapport à la dernière décennie, les années futures vont voir arriver sur le marché de l’emploi des effectifs beaucoup plus importants, de l’ordre de 173.000 par an -si le nombre d’actifs par rapport au nombre des plus de 15 ans reste le même qu’aujourd’hui-, et de plus en plus qualifiés.

En 1999, les actifs ayant plus de 15 ans représentaient 54,5% de toute la population ayant plus de 15 ans. Si on utilise ce dernier taux, alors la moyenne qui arrivera sur le marché sera de 248.000 par an. La réalité devrait se situer entre ces deux chiffres. Pour les prochaines années, le modèle économique se devra donc d’être beaucoup plus efficace dans la création d’emplois.

Pour 10 emplois directs, la consommation finale ne crée que 1,1 emploi indirect, le BTP, l’agriculture 2 emplois indirects, et les services 3. Les branches qui créent le plus d’emplois indirects sont l’industrie alimentaire qui en crée 50, l’industrie des métaux 20, l’industrie chimique 20 et l’industrie automobile 15. En plus de cette intense création d’emplois dans l’industrie, ce secteur utilise beaucoup mieux les qualifications de nos ressources humaines.

Constatant cette situation, le HCP, dans un rapport très lucide en 2011, concluait qu’il est impossible de soutenir à l’avenir le même modèle de développement, non seulement parce qu’il a une faible rentabilité dans la création des emplois mais aussi par l’effet pervers qu’il entraîne sur notre balance commerciale. La priorité des priorités doit être donnée aujourd’hui au secteur industriel.

Dans son intervention à l’occasion du 1er mai, Abdelouahad Souhail, ministre de l’Emploi, a bien mis les points sur les I. Plus que jamais, si nous voulons encourager les investisseurs dans l’industrie, il faudra mettre en place les aménagements nécessaires à la législation du travail. C’est là que se situent le plus souvent les conflits sociaux.

Le gouvernement n’a pas à rechercher l’accord de tous les partenaires sur tous les points; il se doit de prendre des décisions et d’avancer après avoir pris l’avis des uns et des autres.

A lire aussi...

Annonces immobilières

Louez, achetez et vendez grâce à la plus large offre immobilière au Maroc.

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

* Ce champs est obligatoire

×