Aufait Maroc

France : le second tour de la présidentielle a débuté outre-mer et en Amérique

France: le second tour de la présidentielle a débuté outre-mer et en Amérique
Dernière mise à jour le 05/05/2012 à 19:12

Le second tour de la présidentielle, qui oppose le président sortant Nicolas Sarkozy au socialiste François Hollande, a commencé samedi dans plusieurs territoires d’outre-mer et pour les Français vivant sur le continent américain.

Après l’ouverture du scrutin à Saint-Pierre et Miquelon, les électeurs de Guyane, Martinique, Guadeloupe, Saint-Barthélemy et Saint-Martin se sont à leur tour rendus aux urnes, bientôt rejoints par ceux de la Polynésie française dont les bureaux ont ouvert sous un grand soleil à 8H00 locales (20H00 à Paris).

Dans la Caraïbe, la journée a été assombrie par l’accident d’un petit avion sanitaire à un mille des côtes française de Saint-Martin. Les quatre personnes à bord sont mortes: le pilote, le patient, ainsi que le médecin et l’infirmier, tous deux membres du Samu de Fort-de-France en Martinique.

Dans les DOM, où l’abstention est traditionnellement importante aux élections nationales, le second tour connaissait toutefois un regain de participation.

En Guadeloupe, la participation attendue devrait être plus importante que le 21 avril (52%), elle atteignait plus de 21% à la mi-journée malgré les averses tropicales intenses qui ont émaillé la matinée. En Martinique, elle s’élevait à 19,47% contre 18,2% il y a 15 jours.

En Guyane, on enregistrait à la mi-journée un taux de participation de 22,11% contre 19,02% en 2007.

Les bureaux de vote des dix plus grandes communes de ce département grand comme l’Autriche fermeront une heure plus tard qu’au premier tour, soit à 19H00. A l’inverse, les électeurs du bureau de Trou Poisson, dans la commune d’Irracoubo (140 km de Cayenne) ont dû patienter dansla matinée, le temps d’évacuer un serpent très venimeux qui y avait pris ses quartiers.

Rien de tel dans les bureaux de vote d’Amérique du Sud, où les Français du Brésil, d’Uruguay et d’Argentine ont commencé à voter.

« Il est important pour la France de voter et, puisque l’on peut s’exprimer, que l’on s’exprime ! », a dit à l’AFP le premier à déposer son bulletin dans l’urne du consulat de Rio de Janeiro, Jean-Pierre Zelcer, banquier à la retraite de 70 ans.

Les Français du Canada et des Etats-Unis ont aussi commencé à faire leur devoir de citoyens. Quelques centaines de personnes se sont rassemblées sous le soleil à Montréal devant le Collège Stanislas, une école française accueillant 21 bureaux de vote dans ses gymnases.

« Je vote pour affirmer mon choix », a dit Thomas Baudry, un informaticien vivant depuis 15 ans au Québec. Mais « les candidats font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont. Ils sont un peu contraints par le contexte ».

Au même moment, le vote a commencé dans les grandes villes de la côte est des Etats-Unis comme à New York qui compte 23.000 inscrits.

Les bureaux de vote devaient ouvrir trois heures plus tard sur la côte pacifique, pour fermer partout à 20h00 locales.

Quand le scrutin débutera en métropole dimanche à 08H00, les 1,7 million d’électeurs inscrits de tous les départements et collectivités d’outre-mer auront déjà commencé, si ce n’est déjà fini, de voter. De même que pour les Français de l’étranger.

Ce dispositif de vote anticipé, déjà en vigueur en 2007, vise à éviter qu’en raison du décalage horaire avec la métropole, les ultramarins et expatriés votent alors que l’issue du scrutin est déjà connue.

Toutefois, leurs résultats sont soumis au même horaire légal de diffusion que tous les autres, soit dimanche à 20H00, quand seront connus les votes des quelque 46 millions de Français.

La journée de samedi a permis aux deux finalistes de reprendre leur souffle, après un entre-deux tours où l’âpreté des échanges est allée crescendo.

En Corrèze, François Hollande a arpenté avec sa compagne Valérie Trierweiler les deux marchés de Tulle, comme il en a l’habitude chaque fois qu’il se rend dans son fief électoral.

Nicolas Sarkozy, lui, a passé l’essentiel de sa journée en famille: « service minimum public et maximum privé », avait-il dit. Il s’est toutefois rendu en fin de journée à son QG pour remercier son équipe de campagne.

Les deux camps préparaient la logistique de leur fête de victoire à Paris: des ouvriers s’affairaient aussi bien à la Bastille qu’à la Concorde.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×