Aufait Maroc

Najat Belkacem, ministre française des Droits de la femme : Du bourg de Béni Chiker au gouvernement français

Najat Belkacem, ministre française des Droits de la femme : Du bourg de Béni Chiker au gouvernement français
Dernière mise à jour le 17/05/2012 à 9:46

Trente ans après avoir quitté son petit village de Béni Chiker (Nador) pour rejoindre son père, ouvrier immigré en France, et après dix ans de militantisme au Parti socialiste et de mandats locaux, la Franco-marocaine Najat Vallaud Belkacem est propulsée au devant de la scène politique française, après son entrée dans le gouvernement du nouveau président, François Hollande. Elle est la ministre des Droits de la femme et porte-parole du gouvernement.

Najat Belkacem, la nouvelle ministre des Droits de la femme, porte-parole du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, se retrouve, à 34 ans et vierge de toute expérience gouvernementale, première membre d’un gouvernement français, née au Maroc de parents tous deux marocains, et qui a attendu sa majorité pour prendre la nationalité française.

Rachida Dati, l’ancienne ministre de la Justice du président Sarkozy, à laquelle elle refuse qu’on la compare, était elle, de parents maroco-algériens et née en France.

Najat et le CCME

Celle qui a toujours refusé d’être enfermée dans le carcan de fils d’immigré ou d’arabe de service pour les partis politiques français, a toujours été aussi au service de son pays d’origine. A titre de bénévole, elle a toujours mis son expertise et ses réseaux en faveur du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) où elle siégea depuis sa création en 2007 jusqu’au mois de décembre 2011, date à laquelle elle se voue complètement au service du candidat Hollande à la présidentielle française.

La désormais ministre française des Droits de la femme est une fille de maçon immigré en France qui a réussi de brillantes études à Sciences Po Paris. Mais tout a commencé à Amiens où elle a fait une scolarité brillante qui lui a ouvert la porte des grandes écoles. Elle a tenté une entrée en vain, à deux reprises, à l’ENA, l’école-fabrique des élites françaises.

A Sciences Po, elle rencontre son mari Boris Vallaud avec lequel elle aura des jumeaux de 3 ans, et fait la connaissance de Caroline Collomb, l’épouse du maire socialiste de Lyon. L’entregent lui permet d’obtenir en 2003 un poste dans le cabinet de ce maire-sénateur et grande figure du PS, auprès duquel elle attrape le virus de la politique.

En 10 ans, son ascension sera fulgurante au sein du PS où elle décroche le poste de secrétaire national de l’égalité hommes-femmes et de la bioéthique. Elle devient, tour à tour, conseillère régionale puis adjointe au maire de Lyon. Seule contrariété, elle n’arrive pas se faire élire députée, à deux reprises.

Mais elle rencontre finalement Ségolène Royal, candidate malheureuse à l’élection présidentielle en 2007 qui en avait fait sa porte-parole. Elle restera fidèle à Ségolène Royal jusqu’au choix, par la primaire socialiste, du candidat Hollande. Elle devient également la porte-parole du futur président qui en a fait sa ministre des Droits de la femme et porte-parole de son gouvernement.

  • Smix louwey

    Arabe de service, ou y a bon ba… ni plus ni moins, juste pour faire passer la théorie du genre comme Taubira pour le mariage pour tous.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×