Aufait Maroc

France : Le nouveau gouvernement plaide pour une réorientation de l’Europe

France : Le nouveau gouvernement plaide pour une réorientation de l’Europe
Dernière mise à jour le 17/05/2012 à 10:40

Tout juste nommés mercredi soir, le nouveau ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius et le nouveau ministre des Finances Pierre Moscovici, ont relayé jeudi lors de leur prise de fonction, les positions développées depuis des mois par le nouveau président socialiste français François Hollande.

Défendre la croissance…

Le gouvernement dirigé par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault plaide résolument pour la croissance, en refusant de ratifier le traité européen de discipline budgétaire, signé par l’ex-président Nicolas Sarkozy, si un volet de croissance n’y était pas adjoint.

“Ce qui a été dit de manière claire, c’est que le traité ne serait pas ratifié en l’état et qu’il faudrait le compléter par un volet de croissance, par une stratégie de croissance.”

Le nouveau ministre français des Finances Pierre Moscovici

De son côté, Laurent Fabius a défendu “une Europe différente qui soit beaucoup plus tournée vers l’emploi”.

… Et le sérieux budgétaire

Mais le nouveau gouvernement français a voulu aussi réaffirmer son sérieux budgétaire: “la dette publique est un ennemi” pour la France, a dit Pierre Moscovici, en soulignant que la tâche du gouvernement serait de “réduire les déficits”.

François Hollande s’est engagé à ramener le déficit public à 3% du Produit intérieur brut (PIB) en 2013 et à faire revenir les finances publiques à l’équilibre en 2017.

Le nouveau gouvernement français

François Hollande avait promis la parité, le renouvellement, l’expérience. Promesse tenue: le gouvernement de Jean-Marc Ayrault compte 17 femmes sur 34 ministères. Un gouvernement qui compte sept ministres de moins de quarante ans et dont trente parmi eux n’ont jamais eu la responsabilité de portefeuilles ministériels, mais avec un grand nombre d’élus de terrain. Quatre membres de ce nouvel exécutif ne sont pas socialistes.
Au-delà des chiffres, il faut noter l’absence de Martine Aubry, la patronne du PS qui aurait refusé d’entrer au gouvernement faute d’en être la tête.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

×