Aufait Maroc

Grèce : avec la crise, certains feux de signalisation ne s’allument qu’au rouge

Grèce: avec la crise, certains feux de signalisation ne s’allument qu’au rouge
Dernière mise à jour le 21/05/2012 à 13:43

Conduire à Athènes est devenu un peu plus compliqué que d’habitude, nombre de feux de signalisation ne s’allumant désormais plus qu’au rouge, pour cause de crise, transformant les croisements en casse-tête pour automobilistes.

A l’approche d’un feu éteint, les conducteurs doivent désormais décider s’ils peuvent passer, le signal vert étant soit neutralisé faute d’entretien, soit bel et bien en panne, comme cela arrive régulièrement, auquel cas la plus grande prudence s’impose.

Les piétons, traditionnels sacrifiés des routes grecques, sont soumis au même traitement, la silhouette du passant vert ne s’allumant plus que rarement aux passages qui leur sont réservés, et n’étant de toute manière quasiment jamais respectés par les conducteurs.

Pour éviter le pire, les feux rouges continuent en revanche de s’allumer normalement dans la plupart des cas.

Depuis octobre dernier, l’entretien des feux de signalisation a été transféré du ministère des Transports à la préfecture d’Athènes, mais sans que les fonds correspondants ne soient débloqués en parallèle, explique-t-on à la préfecture d’Athènes.

« Il y a eu réunion sur réunion, mais aucune solution ne se dégage », alors que les finances publiques sont exsangues, a commenté un responsable de cette administration sous couvert d’anonymat.

Après le saccage du mobilier urbain du centre d’Athènes à l’issue d’une manifestation géante contre l’austérité en février, puis des dégâts provoqués par de fortes intempéries en mars, la préfecture a débloqué une ligne de crédit de 10 millions d’euros, mais seulement pour parer au plus pressé.

L’opérateur d’électricité grec DEI avait pour sa part accusé l’Etat en janvier de contribuer à son étranglement financier, en laissant impayée sa note pour l’électrification des feux de signalisation à Athènes. La facture en souffrance est de 51 millions d’euros accumulés depuis 1998, malgré « 32 procès remportés » par le groupe contre l’Etat, avait relevé son PDG, Arthuros Zervos.

La Grèce affiche un des pires taux de mortalité routière en Europe, imputable tant aux déficiences de ses infrastructures qu’à l’incivilité de ses conducteurs.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

×