Aufait Maroc

RDC : l’armée renforcée par des soldats de l’Ituri pour combattre les mutins

RDC: l’armée renforcée par des soldats de l’Ituri pour combattre les mutins
Dernière mise à jour le 21/05/2012 à 21:52

Des soldats sont arrivés depuis dimanche dans la province du Nord-Kivu, depuis une province voisine de l’est de la République démocratique du Congo (RDC), pour renforcer l’armée qui combat des mutins ex-rebelles, a-t-on appris lundi matin de sources militaires.

Un capitaine loyaliste a indiqué à l’AFP que les renforts « sont arrivés dimanche soir en provenance de l’Ituri », un district de la Province Orientale (nord-est). « Les commandos ont passé la nuit à Rutshuru-Centre et ce matin ils sont déployés dans les positions occupées par les FARDC (Forces armées) », a-t-il précisé.

« Il y a des régiments qui viennent de l’Ituri », a confirmé lundi après-midi le lieutenant-colonel Vianney Kazarana, porte-parole des mutins du Mouvement du 23 mars (M23), issu de l’ex-rébellion tutsi-congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), et dirigé par le colonel Sultani Makenga, ex N.3 du CNDP.

« Je ne sais pas pour quel motif (ils ont été déployés), mais je crois que les autres régiments qui sont ici sont devenus faibles sur le terrain. C’est une relève, je crois », a-t-il ajouté depuis sa position dans le territoire de Rutshuru, frontalier du Rwanda et de l’Ouganda, et théâtre des récents combats.

« Nous avons renforcé les rangs des FARDC avec de nouvelles unités afin de chasser les mutins de toutes leurs positions », avait déclaré dans matinée à l’AFP un colonel loyaliste basé dans le Rutshuru.

« Les deux bataillons qui sont arrivés sont essentiellement des commandos. D’ici deux matins nous allons attaquer pour enfin conquérir toutes les positions des mutins », avait-t-il souligné.

« Cette présence de militaires avec d’emblée un moral très haut a rassuré la population locale et les déplacés, dont la plupart rêvent de retourner le plus tôt (possible) dans leurs localités d’origine », indique dans un communiqué l’avocat Omar Kavota, vice-président de la société civile du Nord-Kivu.

Samedi et dimanche, de violents affrontements ont opposé l’armée et les mutins se réclamant du M23. Samedi, les deux camps se combattaient pour le contrôle de Jomba, finalement reconquise par les FARDC.

« Nous avons constaté que notre stratégie avait été donnée aux mutins, qui ont pu nous chasser de Jomba. Nous avons voulu changer d’équipe car la plupart des militaires qui combattaient en première ligne étaient dans le même bataillon que les mutins », a expliqué le colonel loyaliste pour justifier à nouveau les renforts.

Citant des sources proches des FARDC, la société civile du Nord-Kivu a rapporté que les heurts du week-end avaient fait « deux morts et quelques blessés » chez les loyalistes et « plusieurs mutins tués ».

Elle a pour sa part « enregistré 13 blessés FARDC », dont « 4 blessés graves » qui ont été évacués par la Mission de l’ONU (Monusco) pour des « soins intensifs à Goma », la capitale du Nord-Kivu

Les principaux combats de dimanche se sont déroulés dans les collines de Runyonyi et de Mbuzi, où les « insurgés maîtrisent bien le terrain » et où il reste difficile de « vérifier qui (de l’armée ou des mutins) contrôle » la zone, a expliqué à l’AFP Me Omar Kavota.

Dans la nuit de dimanche et lundi matin, un calme précaire était revenu, selon une source militaire et le lieutenant-colonel Kazarana. Ce dernier a confirmé dans l’après-midi que le calme persistait.

A lire aussi...