Aufait Maroc

Russie : Poutine garde son emprise sur le gouvernement en nommant des proches

Russie: Poutine garde son emprise sur le gouvernement en nommant des proches
Dernière mise à jour le 21/05/2012 à 13:39

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé lundi la composition du nouveau gouvernement de Dmitri Medvedev, dans lequel les proches de l’homme fort de Russie ont gardé l’essentiel des postes clés, aussi bien dans le domaine de l’économie et de la diplomatie que de la défense.

L’ex-agent du KGB, qui revient au Kremlin après deux mandats à la tête de l’Etat, de 2000 à 2008 et un intermède de quatre ans au poste de Premier ministre, a aussitôt prévenu le nouveau cabinet des difficultés qui l’attendaient.

« La situation dans laquelle se trouve l’économie mondiale est instable (…). C’est dans ces conditions qu’il vous faudra réaliser le programme de développement de la Russie », a déclaré M. Poutine, confronté à une vague de contestation sans précédent depuis décembre.

Même si M. Medvedev, qui a échangé le 7 mai ses fonctions avec M. Poutine, a assuré que le gouvernement comprenait trois quart de nouvelles têtes, le renouvellement apparaît limité en ce qui concerne les postes les plus importants.

Ainsi, Igor Chouvalov, un des plus proches alliés de M. Poutine, devient numéro deux du gouvernement et le seul Premier vice-Premier ministre du gouvernement, alors que le précédent en comptait deux.

Il aura la charge de superviser l’ensemble du bloc économico-financier, une tâche de premier ordre alors que la Russie fait face au défi de moderniser son économie et de réduire sa dépendance aux exportations d’hydrocarbures.

Anton Silouanov, apparu dans le précédent gouvernement en septembre après la démission d’Alexeï Koudrine, a été reconduit au poste de ministre des Finances, tandis que le ministère du Développement économique revient à Andreï Belooussov, qui en fut déjà vice-ministre.

Autre proche de M. Poutine, Sergueï Lavrov a été reconduit au poste de chef de la diplomatie. Anatoli Serdioukov reste lui aussi ministre de la Défense.

Les deux hommes se sont régulièrement accrochés avec l’Occident sur des questions de défense régionale.

M. Serdioukov sera sous la tutelle de Dmitri Rogozine, vice-Premier ministre en charge du complexe militaro-industriel et ancien ambassadeur de Russie auprès de l’Otan, qui s’est illustré par son franc-parler envers les Occidentaux.

Sur les sept vice-Premiers ministres, cinq l’étaient déjà, les deux seuls nouveaux venus étant Arkadi Dvorkovitch, conseiller économique du Kremlin du temps de Dmitri Medvedev, et Olga Golodets, qui travaillait ces derniers temps à la mairie de Moscou et sera en charge des questions sociales.

L’ancien idéologue du Kremlin, Vladislav Sourkov, lui aussi nommé vice-Premier ministre, devient également chef de l’administration du gouvernement.

M. Poutine a en revanche remplacé Rachid Nourgaliev au poste de ministre de l’Intérieur par le chef de la police de Moscou, le général Vladimir Kolokoltsev, alors que la police russe est plongée depuis des mois dans un vaste scandale de tortures et mauvais traitements dans les commissariats.

Igor Setchine, un proche de M. Poutine qui a supervisé pendant des années le secteur énergétique et était vice-Premier ministre, ne figure pas pour sa part dans le nouveau gouvernement. Ses relations avec M. Medvedev sont notoirement mauvaises.

Il a récemment été nommé au conseil d’administration d’une filiale du numéro un du pétrole Rosneft et a été mentionné par la presse comme un possible futur conseiller du Kremlin pour les questions industrielles.

Un nouveau ministère, celui du développement de l’Extrême-Orient russe, a par ailleurs été créé avec à sa tête le représentant spécial du président dans la région, Viktor Ichaïev.

« Le gouvernement servira loyalement Vladimir Poutine et maintiendra son pouvoir », a commenté Iouri Korgouniouk, du fonds Indem, interrogé par l’AFP.

« Le nouveau cabinet indique que nous allons continuer dans le futur à vivre dans un régime piloté en manuel » par Poutine, a pour sa part estimé l’analyste indépendant Dmitri Orechkine sur la radio Echo de Moscou.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

L’agenda