Aufait Maroc

SpaceX tentera à nouveau mardi de lancer la capsule Dragon vers l’ISS

SpaceX tentera à nouveau mardi de lancer la capsule Dragon vers l’ISS
Dernière mise à jour le 21/05/2012 à 19:04

La société américaine SpaceX était prête lundi à faire une nouvelle tentative de lancement de sa capsule Dragon vers la Station spatiale internationale mardi, après avoir dû annuler ce week-end ce premier vol d’un groupe privé vers l’avant-poste orbital.

SpaceX a pu réparer le moteur de sa fusée Falcon 9 et remplacer une valve défectueuse responsable de l’annulation du lancement samedi en Floride, une demi-seconde avant le décollage prévu à 4H55 (8H55 GMT).

« Nous allons faire une nouvelle tentative mardi », a dit à l’AFP la porte-parole de SpaceX, Kirstin Brost Grantham.

Les dernières prévisions météo font désormais état de 80% de chances de conditions favorables.

Le nouveau tir est prévu mardi à 03H44 (07H44 GMT) depuis la base aérienne de Cap Canaveral.

Si SpaceX ne peut pas procéder au lancement, la prochaine tentative aurait lieu vendredi. SpaceX avait évoqué la possibilité de lancer mercredi mais ce jour n’est pas très propice.

A compter du 29 mai, SpaceX devra attendre mi-juin pour que l’orientation de Cap Canaveral par rapport à l’ISS redevienne favorable.

Le vol de Dragon est historique puisque qu’il s’agira, en cas de succès, du premier vaisseau d’une société privée à s’amarrer à l’ISS, ouvrant une nouvelle ère du transport dans l’espace.

Tôt vendredi Dragon –six tonnes, 5,9 mètres de hauteur, 3,6 m de diamètre– Dragon devrait s’amarrer à la Station.

Auparavant, elle effectuera toute une série de tests et de manoeuvres volant notamment à environ 2,5 km de l’ISS avant de s’en approcher.

Pour l’amarrage, la capsule sera tout d’abord saisie par le bras robotique de la Station commandé par les astronautes à bord, au nombre de six.

Dans le cadre de cette première mission de démonstration, Dragon livrera 521 kilos de fret dont des aliments et des matériels de laboratoire à l’ISS et ramènera sur terre 660 kg.

Elle se désamarrera de l’ISS le 31 mai pour entamer son retour sur la Terre en amerrissant dans le Pacifique au large de la Californie.

Il s’agira du troisième vol d’essai de cette fusée à deux étages de 47 mètres de haut déjà lancée avec succès à deux reprises, dont la première fois en juin 2010, et en décembre 2010, mettant alors sur orbite Dragon, revenue ensuite sans encombre sur terre, une première pour un vaisseau privé.

La Nasa parie sur le succès de SpaceX car elle compte sur le secteur privé avec qui elle a formé des partenariats pour prendre la relève des trois navettes spatiales dont la dernière a volé en juillet 2011, et transporter dès cette année et à moindre coût du fret à l’ISS, et ultérieurement des astronautes vers 2015.

Selon un contrat de 1,6 milliard de dollars avec la Nasa, SpaceX, créée en 2002 par le milliardaire Elon Musk qui a fait fortune dans l’internet, doit effectuer douze missions de livraison de fret en quatre ans.

La Nasa a également conclu un contrat de 1,9 milliard de dollars avec Orbital Sciences Corporation pour acheminer du fret à l’ISS. Cette firme effectuera son premier vol d’essai plus tard cette année.

SpaceX, ainsi que Boeing, Sierra Nevada et Blue Origin, ont reçu des fonds de la Nasa pour développer un vaisseau privé de transport de personnes vers la Station.

En attendant, les Etats-Unis dépendent des Soyouz russes pour acheminer leurs astronautes à l’ISS au prix de 63 millions de dollars le siège.

Pour le fret, ils sont dépendants des vaisseaux automatiques russe Progress, européen ATV et japonais HTV qui ne peuvent pas revenir dans l’atmosphère.

A lire aussi...