Aufait Maroc

Vers le renforcement des transports maritimes et aériens entre le Maroc et le Sénégal

Vers le renforcement des transports maritimes et aériens entre le Maroc et le Sénégal
Dernière mise à jour le 22/05/2012 à 13:04

Des responsables marocains et sénégalais ont convenu, lundi à Dakar, de la nécessité de renforcer la coopération bilatérale dans les secteurs des transports maritime et aérien à même de booster leurs échanges et d’ériger des hubs régionaux à position stratégique sur l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique du Nord.

Une délégation marocaine conduite par le ministre de l’équipement et des transports, M. Abdelaziz Rebbah, est allée à la rencontre des responsables sénégalais en vue de prospecter les moyens de fédérer les synergies afin de donner corps et sens au concept à la coopération sud-sud, à travers le développement des transports entre les deux pays et tenter d’ériger des axes performants et réguliers.

L’Afrique est un grand marché en expansion avec un énorme potentiel qui offre des opportunités de coopération profitables pour nos deux pays dotés de position stratégique au niveau de deux importantes régions du continent, a dit M. Rebbah, à l’issue d’une rencontre avec son homologue sénégalais, Mor Ngom.

Le corridor aérien Casablanca-Dakar a été particulièrement évoqué par les deux parties lors de cette rencontre. « Il y’a une forte demande sur la ligne Casablanca-Dakar, et dans une logique gagnant-gagnant, il y’a nécessité de capter ce trafic par les compagnies des deux pays afin d’augmenter l’activité aéroportuaire et consolider la position de Hub sur Dakar et Casablanca », a-t-il tenu à souligner à ce sujet.

Lors de cette rencontre, les deux parties se sont également penchées sur la relance du projet de ligne maritime Tanger-Dakar qui recèle un énorme potentiel compte tenu de la capacité des infrastructures portuaires des deux pays et leur position stratégique de plateformes pour deux grandes régions du continent.

Les deux parties ont convenu de la nécessité d’encourager l’implication des opérateurs privés pour développer cet axe maritime et assurer sa pérennité. Un partenariat stratégique entre les deux pays s’impose pour gagner un tel défi.

« L’orientation actuelle au niveau mondial est résolument orientée vers les groupements régionaux. Il s’agit de reproduire une telle dynamique au niveau du contient africain en mutualisant nos moyens et expériences », a souligné, à cet égard, M. Ngom.

« Forts de nos relations exceptionnelles et séculaires fortement ancrées dans le socle culturel, ayant une vision commune sur le développement de nos pays, l’enjeu est d’ériger des partenariats stratégiques avec des objectifs communs et une logique gagnant-gagnant », a-t-il assuré.

Lors de cette visite de travail, le ministre a présenté un package de coopération qui englobe divers secteurs du transport (routier, maritime, aérien), la formation aux métiers de la logistique ainsi que la pêche maritime.

La partie marocaine a exprimé sa disposition à mettre en partage son expérience dans ces domaines et à mettre à contribution ses structures de formation orientées vers les nouveaux concepts de développement des secteurs du transport.

A l’issue de deux rencontres au ministère des transports et celui de la pêche et des affaires maritimes, les deux parties ont convenu de mettre sur pied un comité mixte qui se chargera d’identifier les nouvelles pistes de coopération dans le secteur des transports. M. Rebbah a déclaré, à ce sujet, que des conventions et accords seront conclus prochainement avec des projets concrets et des objectifs clairement identifiés.

A l’occasion de cette visite, M. Rebbah a été reçu en audience, lundi soir à Dakar, par le président sénégalais M. Macky Sall a qui il a remis un message de SM le Roi Mohammed VI.

Le ministre, qui était accompagné d’une délégation de responsables du secteur des transports et des membres de l’ambassade du Royaume à Dakar, s’est entretenu avec M. Macky Sall de différents volets de la coopération bilatérale, en présence du ministre sénégalais des infrastructures et des transports, M. Mor Ngom.

A lire aussi...