Aufait Maroc

Conseil arabe des Affaires sociales : De la protection sociale à l’équité sociale

Conseil arabe des Affaires sociales : De la protection sociale à l’équité sociale
Dernière mise à jour le 28/05/2012 à 16:15

Le plan d’action quinquennal du Conseil arabe des Affaires sociales insiste sur l’impératif de passer de la phase de la “protection sociale” à celle de l’instauration de “l’équité sociale”, a assuré, lundi au Caire,  Bassima Hakkaoui, ministre de la Solidarité, de la femme, de la famille et du développement social.

“Les ministres arabes ont mis en place un plan quinquennal (2012-2016) traçant des politiques communes concernant notamment les femmes, les personnes âgées et handicapées, les enfants de la rue et les démunis”, a déclaré la ministre à la MAP en marge de la réunion du conseil ministériel arabe des Affaires sociales, tenu sous le thème “Les exigences de l’étape actuelle et les derniers développements dans la région arabe”.

Selon Bassima Hakkaoui, le plan quinquennal a été enrichi par plusieurs thèmes dont celui des enfants de la rue qui va de pair avec un programme lancé par son département sous l’intitulé “Villes sans enfants des rues”.

La ministre a, à cet égard, souligné l’importance de la dénonciation des violations contre les mineurs, qui figure au centre d’un atelier de travail, qui se tiendra prochainement à Doha, ajoutant que la stratégie nationale en la matière comprend la création de centres de vigilance et de suivi de ces actes.

Centre arabe des études sur la pauvreté

Ce plan quinquennal repose sur les décisions des sommets de développement économique et social (Koweït 2009 et Charm al Cheikh 2011) et recommande la création d’un centre arabe des études et recherches sur la pauvreté. Il appelle aussi à l’élaboration des programmes périodiques dans le domaine du développement humain et qui seront axés sur le suivi des réalisations accomplies au cours des cinq dernières années dans le cadre de la déclaration arabe pour la mise en œuvre des objectifs du millénaire pour le développement.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×