Aufait Maroc

Edito : Clarification du dialogue social

Edito : Clarification du dialogue social
Dernière mise à jour le 30/05/2012 à 17:12

La dernière manifestation du 27 mai à Casablanca, crée un clivage important dans les rangs syndicaux du pays et un amalgame entre politique et revendications syndicales.

En effet, ni l’UMT (syndicat assez indépendant) ni l’UNTM (syndicat du PJD), ni l’UGTM (syndicat de l’Istiqlal) ne se sont associés à ce mouvement. Par contre on a vu les partis politiques dits d’opposition et des associations civiles, défiler derrière les mots d’ordres syndicaux de la CDT et de la FDT.

On a même pu voir un groupe de quelques dizaines de jeunes, se revendiquant de la nébuleuse du 20 Février, clamer des slogans contre la monarchie. Ils étaient suffisamment organisés pour avoir planifié une vidéo les filmant de dos, et offrant une vue plongeante sur toute la manifestation. Le résultat ressemble à une reprise d’une manifestation en Égypte ou en Tunisie avec le classique “Achaab yourid iskat annidam”.

Le dialogue social était déjà bien assez complexe à gérer avec les rivalités entre syndicats. Maintenant s’y ajoutent les surenchères politiques et un petit chouia de printemps arabe.

Cependant dans cette confusion, il y a peut être une chance de faire avancer les questions qui fâchent, comme le droit de grève, les diplômés chômeurs… En effet les gouvernements précédents étaient enchaînés dans une recherche permanente de consensus pour prendre des décisions. Pour le PJD et sa coalition, aucun consensus ne sera possible avec leurs opposants. Même s’ils tiennent à écouter les positions des uns et des autres, ils sont obligés de prendre position, quitte à déplaire aux uns ou aux autres.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×