Aufait Maroc

Cherté de la vie, chômage et baisse des ressources : Les jeunes Marocains inquiets

Cherté de la vie, chômage et baisse des ressources : Les jeunes Marocains inquiets
Dernière mise à jour le 03/06/2012 à 12:39

Pour l’avenir, les principales préoccupations des jeunes âgés de 18 à 44 ans sont la cherté de la vie (84%), le chômage (78%) et la baisse des ressources (78%), selon une enquête du Haut commissariat au plan (HCP), présentée vendredi à Rabat.

Cette enquête, qui porte sur 5.000 jeunes Marocains âgés de 18 à 44 ans (dont 60% citadins et 52% des femmes), indique également que 67% de ces jeunes estiment que “l’évolution du niveau de vie s’accompagne d’une augmentaion des inégalités sociales”. Cependant, ils sont 79% à penser que le “sérieux et l’ambition” sont les principaux facteurs d’ascension sociale devant le niveau d’études (76%) et l’appartenance sociale (54%).

“Ces chiffres montrent que le Maroc doit s’intéresser davantage à ses jeunes, à travers des projets clairs pour des horizons clairs”.

Ahmed Lahlimi, Haut commissaire au plan.

L’enquête met également en exergue la proportion importante (40%), des personnes entre 35 et 44 ans qui n’ont pas de revenus. Par contre le pourcentage de 67% pour les 18-24 ans peut s’expliquer par la poursuite d’études de plus en plus longues et par le manque d’expérience professionnelle. Seulement 9% de l’ensemble des personnes questionnées ont un niveau d’enseignement supérieur.

30%

C’est la proportion de jeunes de 15 à 29 ans au chômage dans le royaume, selon un rapport de la Banque mondiale, rendu public le 14 mai à Rabat.

Perceptions et attentes

L’emploi (96%), l’éducation (83%), le logement (81%) et la santé (76%) figurent en tête des priorités des jeunes.

Pour 42% des jeunes, -1 homme sur 2 et une fille sur 3-, le mariage n’est pas une priorité, et ce à cause du manque de moyens financiers (38%), ou de l’âge. Un peu moins d’un jeune sur quatre (24,5%) estime que la solidarité familiale s’est améliorée alors que 44,6% perçoivent plutôt une dégradation de cette solidarité.

En outre, les jeunes Marocains s’identifient majoritairement à la classe moyenne: plus d’un jeune sur deux (52%) pensent y appartenir contre 46% qui s’identifient plutôt à la classe modeste. Par niveau scolaire, 37% des sans niveau scolaire s’identifient à la classe moyenne contre 53% de ceux ayant un niveau moyen et 69% de ceux ayant un niveau supérieur.

A propos de la participation des jeunes à la vie politique marocaine, l’enquête du HCP indique que “seuls 1% des jeunes adhèrent à un parti politique, 1% participent aux rencontres de partis politiques ou de syndicats (…), 4% participent à des manifestations sociales ou grèves et 9% participent à des activités bénévoles”.

L’enquête a fait ressortir que le niveau de confiance dans les institutions est plus élevé chez les jeunes ruraux, chez les femmes et les inactifs que les autres catégories de la population. Ainsi, “36% participent aux élections de façon régulière et 14% de façon non régulière”, conclut l’enquête.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×