Aufait Maroc

Edito : On veut connaitre les propositions de l’opposition sur la situation économique

Edito : On veut connaitre les propositions de l’opposition sur la situation économique
Dernière mise à jour le 07/06/2012 à 17:54

Il n’y a que deux façons de comprendre comment fonctionne l’économie d’un pays. Ceux qui sont dans l’opposition vous diront que le gouvernement n’a rien compris, que sa politique conduit à l’austérité et à la mise en difficulté des entreprises. Ceux qui sont au gouvernement vous diront qu’ils ont trouvé une situation beaucoup plus dramatique que celle qu’on leur avait annoncée et qu’ils ne peuvent mettre en œuvre qu’une partie de leurs promesses.

Jusque-là le gouvernement Benkirane n’a pas été très loin dans la prise de décisions draconiennes pour alléger les déficits tous azimuts de l’État. Pour une petite augmentation sur les carburants à la pompe qui pourrait se traduire par quelques centimes d’augmentation du prix unitaire de transport ou des denrées alimentaires, il doit faire face à des donneurs de leçon de toutes parts, qui usent et abusent de phrases creuses et de recommandations généralistes sur les risques de cette politique.

Si on doit s’opposer au gouvernement, on doit le faire avec un programme alternatif précis qui explique les mesures concrètes qui doivent être prises et comment elles doivent être financées. Si le gouvernement doit réformer la Caisse de compensation, dites-nous d’après vous ce qu’il doit exactement faire et comment cela doit être financé? Lancer une phrase du genre “le gouvernement doit créer des emplois”, n’a jamais suffit pour en créer, et n’explique pas non plus comment y arriver.

Benkirane a pour sa part été très prudent lors de sa dernière intervention télévisée. Il a parlé comme il sait le faire des contraintes et des possibilités que rencontre son gouvernement. Il n’est plus le tribun d’antan qui se contentait de s’opposer, comme le font aujourd’hui ses opposants. Là il a dû retrousser ses manches et comprendre que quand on veut dépenser quelque chose, encore faut il savoir comment on peut le faire.

Pour que le débat soit fructueux, nous attendons tous de l’opposition un vrai travail de réflexion et de contribution concrète à l’élaboration d’une vision pour notre économie et notre société. Tous les partis d’opposition disposent de réelles compétences qui pourraient enrichir cette démarche.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

×