Aufait Maroc

Corée du Sud : le commandant des forces américaines réclame des armes supplémentaires

Corée du Sud: le commandant des forces américaines réclame des armes supplémentaires
Dernière mise à jour le 12/06/2012 à 7:32

Le commandant des forces américaines postées en Corée du Sud a réclamé mardi au Pentagone des missiles et des hélicoptères d’attaque supplémentaires, sur fond de menaces croissantes de Pyongyang envers Séoul.

« Afin de renforcer nos capacités pour mener des combats, j’ai demandé à ce que nous soyons prioritaires pour recevoir des escadrons suplémentaires d’attaque et de reconnaissance » a déclaré le général James Thurman lors d’un forum.

« J’ai également demandé des capacités accrues en terme de missiles balistiques de défense », a-t-il ajouté, se disant confiant sur la réponse que lui donnera le Pentagone.

Les propos du général américain interviennent alors que Pyongyang a menacé plusieurs fois Séoul « d’une guerre sacrée » lors de diatribes au ton de plus en plus virulent.

Les Etats-Unis, du côté du Sud pendant la guerre de Corée (1950-1953), comptent 28.500 soldats stationnés sur le territoire de leur allié.

James Thurman a également demandé au département américain de la Défense de déployer un bataillon d’aviation, doté d’hélicoptères d’attaque Apache.

« Je pense que nous pouvons arriver à cela », a déclaré le général, ajoutant que la priorité était de maintenir « une situation stable et pacifique » sur la péninsule coréenne. « Je m’assurerai que nous maintenions le plus haut niveau de préparation ».

Depuis la mort du dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Il, en décembre 2011, et l’arrivée au pouvoir de son jeune fils, Kim Jong-Un, âgé de moins de trente ans, les tensions entre les deux pays n’ont cessé de s’accroître.

Des images satellites laissent penser que le Nord développe des capacités nucléaires. Des analystes estiment que le nouveau dirigeant du pays a besoin de faire la preuve de sa puissance militaire après l’échec en avril d’un tir de fusée.

La Corée du Nord avait effectué ce lancement quelques semaines seulement après avoir signé avec les Etats-Unis un accord dans lequel elle promettait de geler tout essai nucléaire, tout programme de missile ou d’enrichissement de l’uranium.

Pyongyang a assuré samedi ne pas avoir l’intention « pour le moment » de procéder à un troisième essai nucléaire mais a accusé Séoul de le forcer à s’y employer.

Lundi, le département d’Etat américain a appelé la Corée du Nord à cesser de tenir des propos « provocateurs ».

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×