Aufait Maroc

Israël : traqués par la police, les Sud-Soudanais ne savent plus où se cacher

Israël: traqués par la police, les Sud-Soudanais ne savent plus où se cacher
Dernière mise à jour le 14/06/2012 à 13:30

Abraham Alu n’ose plus quitter son logement dans le sud de Tel-Aviv. Pourtant ce Sud-Soudanais de 35 ans n’a plus d’argent et ne peut guère se nourrir. Mais la peur de la police empêche ce demandeur d’asile, entré clandestinement en Israël, de s’aventurer au dehors.

Abraham avait l’habitude de vendre des bottes en plastique sur le trottoir dans le sud de Tel-Aviv. Il a préféré tout arrêter jeudi dernier lorsqu’un tribunal israélien a donné le feu vert à l’expulsion des clandestins sud-soudanais.

La police a lancé sa traque trois jours seulement après la décision du tribunal alors que les autorités avaient promis d’accorder un répit d’une semaine aux membres de cette communauté pour quitter Israël de leur plein gré.

Selon des ONG de défense des droits de l’Homme, les illégaux originaires du Soudan du Sud sont quelque 700, hommes, femmes et enfants. Le gouvernement israélien parle de plus du double.

Abraham Alu partageait son studio avec 12 autres compatriotes. Mais comme beaucoup de Sud-Soudanais ils ont cessé de travailler de peur d’être pris par la police, leur nombre est passé à vingt dans l’unique pièce de l’appartement.

Des pigeons pour manger

« Parfois, on reste assis deux jours sans manger. On boit de l’eau et du thé, cela nous suffit », raconte-t-il. Certains de ses compagnons d’infortune attrapent des pigeons pour les cuisiner.

Abraham n’avait que sept ans lorsqu’il a vu ses parents tués par des miliciens. Il a fui ensuite son village avant de se retrouver au Caire en 2005.

Quand la police égyptienne a lancé un raid dans son camp de réfugiés, tuant 27 Africains dont un bébé, il a décidé, traumatisé, de prend de nouveau la fuite. Il parvient à s’infiltrer au début 2006 en Israël.

« Mais maintenant j’ai perdu tout espoir », soupire-t-il.

Un de ses camarades retourné au Soudan du Sud après l’indépendance de l’été dernier a été tué lors d’affrontements frontaliers.

Abraham ignore où sont les membres de sa famille ou même s’ils sont encore en vie. Rien ne l’attire plus dans son ancien pays et il dit craindre pour sa vie.

William Chol, 32 ans, père de quatre enfants, a lui aussi fui seul le Soudan du Sud enfant. Au nord, au Soudan, il a travaillé comme domestique. Mais son patron ne lui permettait pas de quitter la maison et refusait de le payer. « Comme de l’esclavage », raconte-t-il.

Il s’est enfui en Egypte en 2002. Sept ans plus tard, il est passé en Israël avec son épouse et leurs enfants.

« Je ne suis pas un criminel »

Malgré la crainte de la police de l’immigration, il a choisi de ne pas se cacher. « Je ne suis pas un criminel », explique-t-il.

A la suite d’une récente flambée de violences anti-africaines dans certains quartiers de Tel-Aviv et des menaces d’expulsion, il n’envoie plus ses enfants à l’école où, selon lui, ils ont été agressés par des enfants israéliens.

« J’ai l’impression que nous sommes en guerre avec Israël », dit-il

Tout comme Abraham, Emanuel Kel Bol Yok, 52 ans, ne travaille plus. « Je ne peux plus payer mon loyer et d’ici deux à trois jours je vais me retrouver à la rue », se plaint-il.

Surmontant son appréhension, il est allé supplier la police de permettre à ses cinq enfants, âges de 2 à 18 ans, de terminer l’année scolaire.

Sigal Rozen, de l’ONG « Hotline for Migrant Workers », explique que les arrestations n’ont fait que renforcer la peur au sein de la communauté sud-soudanaise déjà en butte à l’hostilité croissante des Israéliens.

Des familles sont brisées: la police arrête le père s’il est d’origine sud-soudanaise, mais elle laisse libre les épouses venues d’autres contrées.

Depuis dimanche, environ 300 clandestins ont été arrêtées, en majorité des Sud-Soudanais.

Le premier avion qui doit les ramener dans leur pays est prévu dimanche.

Le ministre israélien de l’Intérieur Eli Yishai a prévenu que la vague d’arrestations actuelles n’était que le « début » d’une opération visant à se débarrasser de quelque 60.000 Africains installés illégalement en Israël.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

×