Aufait Maroc

France : très faible mobilisation au second tour des législatives

France: très faible mobilisation au second tour des législatives
Dernière mise à jour le 17/06/2012 à 17:28

Le taux de participation au second tour des élections législatives en métropole atteignait 46,42% dimanche à 17H00, selon le ministère de l’Intérieur, en baisse de près de deux points par rapport au premier tour à la même heure, 48,31%.

Si cette tendance se confirme, on se dirige vers un record d’abstention pour un second tour des législatives, après le record enregistré au premier tour la semaine dernière pour la France entière (57,23%).

Selon une estimation CSA pour BFM TV-RMC-20 Minutes-Itélé, le taux d’abstention au second tour atteindrait à 20H00 44%. Selon une autre estimation TNS Sofres/Sofra, elle atteindrait 44,5%.

Plusieurs médias étrangers ont diffusé des estimations basées sur les premiers dépouillements des bureaux de vote qui ont fermé à 18H00. Par conséquent, l’AFP a commencé à mettre à disposition des clients abonnés à ses fils les informations dont elle dispose. Leur diffusion auprès du grand public est de la seule responsabilité de ces clients. Pour sa part, l’Agence ne diffusera aucune information sur ces estimations via ses services web avant 20H00.

En 2007, la participation avait été de 49,58% à 17H00 au second tour, pour un taux définitif de 60,30%.

Les législatives mobilisent moins que la présidentielle

Au premier tour de l’élection présidentielle, le 22 avril dernier, la participation avait été de 79,48% et au second tour, le 6 mai, de 80,35%. La participation aux législatives est traditionnellement en net repli par rapport à la présidentielle précédente.

C’est dans les Alpes-Maritimes que l’on a le moins voté (35,45%), à peine plus d’un électeur sur trois ayant voté avant 17H00. Mais dans ce département, beaucoup de bureaux de vote ferment à 20H00.

Les autres taux de participation les plus bas sont enregistrés en Alsace, dans le Bas-Rhin (36,14%) et en Seine-Saint-Denis (37,95%). Dans ce département il est vrai, un seul candidat reste en lice pour le second tour dans cinq circonscriptions, une configuration peu motivante pour les électeurs.

En Ile-de-France, la participation est partout inférieure à la moyenne nationale, la Seine-et-Marne étant le département le plus civique (44%). A l’inverse, l’Auvergne paraît être la région où l’on a le plus voté. C’est vrai notamment dans le Cantal (59,5%), le département français où la mobilisation a été la plus forte.

En Rhône-Alpes, la participation est partout inférieure à 50%, et particulièrement basse en Haute-Savoie (38,18%), 3,5 points de moins qu’au 1er tour.

En Midi-Pyrénées, on a davantage voté qu’ailleurs en moyenne, avec des taux supérieurs à 50% dans le Gers, le Tarn-et-Garonne et le Tarn. Très faible mobilisation en revanche en Haute-Garonne (39,44%) où, certes, tous les bureaux de vote ferment à 20H00.

En Charente-Maritime, qui compte la circonscription de La Rochelle sur laquelle sont braqués tous les regards avec le duel Ségolène Royal-Olivier Falorni, moins d’un électeur sur deux (48,69%) avait voté à 17H00 dans l’ensemble du département.

La Corrèze a davantage voté

Comme au 1er tour, le département de François Hollande, la Corrèze, a beaucoup mieux voté qu’en général, avec une participation de 56,65%, toutefois en recul de deux points par rapport à dimanche dernier. Mobilisation de bonne tenue aussi dans deux départements ruraux de l’Est de la France comme la Haute-Saône (56%) et le Jura (55,5%).

Dans le Grand Ouest, le département des Côtes-d’Armor était le plus civique à 17H00, plus de 54% des électeurs s’étant déplacés.

Dans le Nord (43,16%) comme dans le Pas-de-Calais (45,67%), la participation à la même heure était inférieure à la moyenne nationale. Au sud de ces départements, l’Oise a tout juste franchi la barre des 50% de votants.

Enfin, dans le Languedoc-Roussillon, la participation a été relativement plus élevée qu’ailleurs: 57,4% par exemple en Lozère.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

×