Aufait Maroc

BAM fournira aux banques les liquidités nécessaires pour un financement « sain » de l’économie

BAM fournira aux banques les liquidités nécessaires pour un financement « sain » 
de l’économie
Dernière mise à jour le 19/06/2012 à 20:46

Bank Al-Maghrib (BAM) mettra à la disposition du système bancaire les liquidités dont il a besoin pour un financement « sain » de l’activité économique, a affirmé mardi à Rabat Abdellatif Jouahri, gouverneur de la banque centrale.

« Le niveau de liquidités au Maroc n’est pas inquiétant, ces liquidités étant destinées exclusivement au financement sain de l’activité économique », a déclaré M. Jouahri lors d’un point de presse à l’issue de la réunion du Conseil d’administration de BAM.

« sur le plan de la mise en oeuvre de la politique monétaire durant les cinq premiers mois de l’année en cours, nous avons augmenté les interventions de la banque centrale pour le secteur bancaire à travers, notamment les avances à 7 jours », le montant global des interventions totalisant environ 60 milliards de dirhams (MMDH), a-t-il souligné.

Dans le même contexte, le gouverneur de Bank-Al Maghrib a démenti que les liquidités de BAM soient utilisées à des fins spéculatives par les banques commerciales à l’aide des liquidités de la banque centrale. La banque centrale assure le suivi quotidien de ses interventions, avec à l’appui « une bonne connaissance de leurs destinations et des banques qui sont structurellement emprunteuses ».

« Je ne vois pas comment les banques peuvent emprunter sur le marché monétaire au jour le jour pour aller souscrire des bons de trésor à 15 ans », a-t-il dit.

M. Jouahri a relevé qu’à la suite de la récente réduction du taux d’intérêt directeur, une légère détente sur les taux d’intérêt a été constatée à fin mars, date de la dernière enquête des taux menée par BAM.

A cet égard, « les crédits accordés aux Petites et moyennes entreprises (PME) ont enregistré leur taux d’augmentation le plus fort à 14 pc (14 MMDH), qui concerne aussi bien les renouvellements que les nouveaux crédits », au cours de ce trimestre suite aux mesures entreprises par Bank Al-Maghrib, a-t-il renchéri.

Pour ce qui est des crédits, M. Jouahri a souligné que « les directives de la banque centrale ont commencé à donner leurs effets, mais il nous appartient de mieux les analyser à travers un rapport détaillé qui sera réalisé à fin juin.

Ce rapport va présenter des recommandations à même de permettre d’assurer aux décisions de BAM d’avoir le plein impact ».

Au volet des finances publiques, M. Jouahri a indiqué qu’une panoplie de mesures ont été prises au niveau des recettes, précisant que les chiffres à fin mai « démontrent des réalisations intéressantes sur les différentes rubriques fiscales où des augmentations, se situant entre 8 et 9 pc, font en sorte que les prévisions de loi de finances soient améliorées ».

Ainsi, a-t-il poursuivi, un effort de recouvrement important a été déployé par le ministère de l’Economie et des finances, qui table sur trois MMDH de recettes supplémentaires au titre de recouvrements.

Sur le plan des dépenses, les autorités budgétaires tablent sur une économie de 5 MMDH sur la rubrique « matériel », et un gain au niveau de la Caisse de compensation sur fond du repli des prix des produits énergétiques à l’échelle internationale. A cet effet, M. Jouahri a noté que le déficit budgétaire au titre de l’année 2012 serait autour de 5,5 pc.

Le Conseil d’administration de la banque centrale avait décidé, lors de sa réunion trimestrielle, de maintenir inchangé le taux directeur à 3 pc, dans un contexte national et international marqué par une orientation globalement neutre de la balance des risques et une prévision moyenne de l’inflation révisée à la baisse de 1,7 à 1,4 pc pour l’année 2012.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×