Aufait Maroc

Edito : Chute des réserves en devise et croissance de 2% seulement sur les premiers mois de 2012

Edito : Chute des réserves en devise et croissance de 2% seulement sur les premiers mois de 2012
Dernière mise à jour le 20/06/2012 à 15:13

De tous les rapports publiés par le HCP, l’Office des changes et la DEPF, on retiendra que le déficit des échanges extérieurs s’est fortement accéléré entre mai 2011 et mai 2012. Nos importations sont le principal poste qui continue à creuser tous les déficits de nos balances et le solde de notre réserve en devise. En plus de ce constat pessimiste, le HCP et Bank Al Maghrib estiment la croissance du PIB en 2012 autour de 2% à 3% maximum.

Dans son rapport sur la politique monétaire du 19 juin, Bank Al Maghrib passe en revue l’ensemble des indicateurs économiques à fin avril 2012.

Dégradation des avoirs extérieurs

La composition de nos importations est dominée par les produits énergétiques à  26%, les biens d’équipements à 20% et les demi-produits à 20%. À fin mai 2012, trois chiffres aggravent les perspectives de déficit de la balance de paiement:
• Les transferts des Marocains résidents à l’étranger ne progressent que de 2% à fin mai 2012 par rapport à mai 2011.
• Les recettes voyages ont diminuée de 1,5% pour cette même période.
• Les investissements étrangers sont en régression de 12%.

La dégradation des flux en devises entraîne une chute de nos réserves de 14% à fin avril 2012 par rapport à avril 2011. Entre seulement décembre 2011 et avril 2012, les réserves ont baissé de 12,2 milliards de dirhams.

Régression de l’investissement

Selon le rapport de BAM l’investissement devrait enregistrer un recul en 2012 dans un contexte de ralentissement de la croissance nationale. On note au niveau de l’importation des produits finis d’équipement, une décélération au premier trimestre 2012. Leur augmentation n’est que de 7,8% par rapport à 2011 alors qu’une année avant elle était de 14,5%. L’investissement public aussi est en baisse: BAM prévoit une chute de 33% des dépenses d’investissement du Trésor en 2012.

Production industrielle en décélération et une croissance globale ne dépassant pas les 3%

La production industrielle est en décélération sur les 5 premiers mois de l’année et l’activité économique reste soutenue par la consommation intérieure et le BTP, qui maintient sa bonne orientation avec les projets immobiliers et les infrastructures de l’État. A fin février 2012, la production industrielle affichait +8.7% par rapport à février 2011. En mai 2012, sa progression a baissé à 6,5%.

BAM reste pessimiste sur la croissance 2012. En valeur globale, elle ne la voit pas  dépasser les 3% et note que pour le premier trimestre 2012, la croissance est restée au niveau de 2%, rejoignant ainsi les conclusions du Haut Commissariat au Plan qui prévoit une croissance de 2,4% seulement en 2012.

A lire aussi...